Cartographie du gaspillage électronique mondial

culture geek

Par Elodie le

L’obsolescence programmée relègue nos anciens appareils au fond d’un placard. Là, leur fin de vie se déroule à l’ombre d’un tiroir ou d’une étagère, leur passé glorieux désormais symbolisé par une pellicule de poussière qu’un regain de nostalgie viendra peut-être soulever. Qu’y a-t-il à faire contre le gaspillage électronique ?

obsolescence-programmee

Vous devez certainement avoir chez vous d’anciens appareils que vous n’utilisez plus mais conservez toujours, par affection, flemme ou méconnaissance du circuit de recyclage de ces objets : du walkman, au vieux Nokia 3310 ou téléviseur en passant par l’appareil photo argentique et l’ancien PC. Selon The Verge

Le défi international de leur recyclage n’est pas suffisamment bien traité

Pour formaliser ses propos, The Verge dévoile une cartographie réalisée par StEP Initiative, en partenariat avec les Nations Unis, répertoriant le volume des déchets électroniques par pays. Le constat est alarmant et ne va pas en s’améliorant. En effet, d’ici à 2017, le volume annuel mondial de produits électroniques en fin de vie devrait augmenter d’un tiers pour atteindre 65,4 millions de tonnes, soit une augmentation de 33% en cinq ans. Vertigineux.

Grâce à la carte interactive, il vous suffit de cliquer sur un pays pour voir apparaitre ses statistiques de « e-déchets » et la réglementation en vigueur les concernant. Champion toute catégorie, les États-Unis avec 9,4 millions de tonnes de déchets électroniques par an – régit par 92 instruments de réglementation. La Chine arrive en deuxième position avec  7,3 millions de tonnes mais seulement 5,4 kg de déchets produits par habitants contre 29,8 pour les États-Unis. Ce qui fait dire à Big Browser que ces résultats soulignent « la fracture numérique et électronique, illustrant la différence de niveau de vie entre les deux pays ». La France quant à elle conserverait 1,3 millions de tonnes d’e-déchets et chaque habitant 21,09 kg en moyenne.

mapworld_stepiniative
capture d’écran Step Initiative

Ruediger Kuehr, de l’Université des Nations Unies et secrétaire exécutif de StEP Initiative, précise dans un communiqué qu’il espère que cette cartographie sensibilisera le grand public à cette cause et amènera chaque pays concernés à prendre ce problème à bras le corps afin de gérer au mieux leurs déchets électroniques.

Certains pays, bien qu’industrialisés et avancés technologiquement pêchent quand il s’agit de recyclage. L’Allemagne, toujours aussi bonne élève, a développé des politiques de recyclages, contrairement aux États-Unis qui préfèrent délocaliser le problème. Ainsi, 8,5% de leurs e-déchets collectés ont été exportés. C’est aussi ça le miracle de la mondialisation : envoyer ses déchets à quelqu’un d’autre pour qu’il s’en occupe à votre place. Les associations de défense de l’environnement comme Greenpeace expliquent que ces déchets sont envoyés pour la plupart du temps en Asie où, certes ils se monnayent, comme le cuivre ou le fer, mais ils sont aussi très polluants et toxiques. La ville de Guiyu en Chine – qualifiée de « décharge des pays développés » par le PNUE (Programme des Nations Unies pour l’Environnement) en 2010 – est d’ailleurs tristement connue pour accueillir des millions de déchets électroniques dans une gigantesque décharge.

Décharge_Guiyu_déchets_électroniques
Décharge de Guiyu

The Verge conclu son article sur une touche d’optimisme

This new map helps surface key facts — hopefully before we all drown in a sea of used cell phones

Malheureusement, c’est une mer de déchets en tout genre qui se forme depuis près de 20 ans (au moins) dans l’océan, constituant ce que certains appellent le « 7e continent » et qui, non seulement coûterait trop cher à nettoyer – ne parlons pas de leur recyclage – d’autant qu’aucun pays ne souhaite revendiquer cet amas de déchets mais ce nettoyage serait vain puisque ce continent se reconstituerait tôt ou tard. Deux architectes pragmatiques nord coréens ont même élaboré un projet visant à construire des villes flottantes sur ces déchets ou encore le cabinet d’architecte néerlandais WHIL qui souhaite transformer cet amas de déchets en de véritables territoires pour y installer les futurs réfugiés climatiques qui n’auront bientôt plus de territoire à cause de la montée des eaux et verront irrémédiablement leur île disparaître…

Oceacuteanplastique_zps2e8664af

Plus d’info : Le dessous des cartes – Des îles de déchets

et là : Futurama S06E3 L’attaque des portables

Source: Source