Fogale Sensation ajoute une dimension aux écrans tactiles

Smartphone

Par Jerome Durel le

Il faut avouer, lorsque nous avons reçu l’invitation de Fogale, pour la présentation de son « Sensation » nous étions un peu sceptiques. Il faut dire que l’accroche « venez découvrir cette (r)évolution technologique » sonnait un peu trop extraordinaire pour être vraie. Et pourtant…

fogale-logo

Fogale Nanotech est une société française, basée à Nîmes, avec un département R&D à Genève. Peu connue du grand public, elle se spécialise dans les mesures capacitives, et travaille principalement dans les milieux médicaux et aéronautiques, c’est par exemple grâce aux technologies Fogale qu’un scanner va réussir à positionner précisément le patient.

Tout cela pour dire que Fogale sait mesurer avec précisions les distances avec des technologies capacitives et c’est ce savoir-faire qui est au cœur du Fogale Sensation. L’idée est relativement simple : ajouter un troisième plan à nos écrans tactiles. Autrement dit, interagir avec son téléphone sans avoir besoin de le toucher. Une chose que l’on a déjà pu apercevoir sur le Galaxy S4 par exemple, mais Fogale fait mieux et a d’autres avantages.

[màj] Techniquement, la chose intervient sur le plan hardware au niveau de la couche capacitive, mais aussi software pour l’interprétation. Elle ne peut donc pas être ajoutée sur des téléphones existants et doit être intégrée au moment de la fabrication du terminal. Selon Patrick Remy, fondateur de Fogale, elle serait très légèrement plus épaisse qu’une couche traditionnelle.

5 centimètres qui changent tout

Là où le Galaxy S4 doit se contenter d’un centimètre de hauteur, la couche capacitive de Fogale arrive à détecter des interactions jusqu’à 5 centimètre de distance, tout en restant multipoints. Autrement dit, il est possible de faire tout ce que l’on ferait en touchant l’écran sans vraiment le toucher. Il faut également savoir que la technologie Fogale arrive à calculer la distance du doigt.

DSC04082
À gauche, les doigt sont au dessus, à droite au contact de l’écran. Images : JDG

Cet aspect peut paraître anodin, mais cela va permettre de nouvelles possibilités si le software est réalisé en conséquence. On peut notamment imaginer zoomer sur une zone du clavier tactile à l’approche des doigts pour faciliter la frappe et réduire les fautes.

Les joueurs trouveront également leur bonheur, en se passant de joysticks virtuels et ainsi ne pas masquer une partie de l’écran en jeu. C’est déjà sympa sur un smartphone, mais cela ouvre aussi des applications dans d’autres domaines, là où l’on se passerait bien de contacts. Dans le milieu médical par exemple, ou plus trivialement dans des toilettes publiques.

Tranches actives

Le second intérêt principal de la technologie est à chercher en dehors de l’écran, sur les tranches du terminal. Elle permet en effet de détecter la présence des doigts sur les bords de l’appareil, offrant ainsi une nouvelle zone d’interaction.

On peut donc imaginer pouvoir se passer, à terme, des boutons que l’on trouve habituellement sur les tranches de nos téléphones, notamment pour le contrôle du volume. Les joueurs y verront la possibilité de simuler des gâchettes, les photographes de contrôler les menus de l’application photo.

Cela laisse assez rêveur. La bonne nouvelle est que la technologie sera intégrée dans relativement peu de temps. La marque nous a en effet précisé avoir déjà signé un partenariat avec un fabricant de smartphones d’importance. Son nom sera révélé dans le courant du mois de mars pour un produit à paraître à la rentrée 2014. Avec un peu de chance, un prototype devrait être présenté au MWC, nous avons hâte.

[màj] La première version de cet article pouvait prêter à confusion et laisser croire qu’il ne s’agissait que d’une solution logicielle. Un paragraphe a été ajouté afin de clarifier la situation.