[Idée reçue] Les Gamers ne sont pas des solitaires, loin de là

Par Henri le

Le monde du jeu vidéo a longtemps été caricaturé comme un passe-temps pour gens seuls et renfermés. Une étude démontre une nouvelle fois le contraire.

danchan-hidoi

Les amateurs de jeu vidéo ont tous été confrontés à des gens qui voyaient dans ce hobby une sorte d’exutoire pour jeunes hommes antisociaux. Des chercheurs de l’université de Caroline du Nord ont mené l’enquête, et ont constaté que ce n’était qu’un énième stéréotype. Nicholas Taylor, l’auteur de l’étude a tenu à insister sur ce point.

Cela ne surprendra pas la communauté des gamers, mais ça vaut le coup d’en parler pour les autres […] Les solitaires sont l’exception dans le monde du jeu vidéo, pas la norme.

Taylor et son équipe se sont déplacés dans une vingtaine d’évènements consacrés aux jeux vidéo au Canada ainsi qu’aux États-Unis, afin d’observer le comportement de milliers de joueurs. L’étude portait principalement sur les MMORPG comme Eve Online ou World of Warcraft. Après s’être focalisé sur un échantillon de 378 joueurs en particulier, l’étude conclut que « le jeu vidéo n’élimine pas l’interaction sociale, mais il la complémente ».

mlg

Au cours de leurs observations, les chercheurs ont noté que les joueurs parlaient entre eux, regardaient des vidéos, et buvaient ensemble de « manière sociable ». Il ajoute notamment qu’ils ne distinguaient pas le temps entre le moment où ils jouent, et celui où ils regardent une autre personne jouer.

Le comportement social des joueurs était cohérent, et ce, indépendamment du titre auxquels ils s’adonnaient. Le fait d’être altruiste (ou pas) lors d’une partie n’avait pas un impact particulier sur l’attitude « réelle » de ces derniers.

Un joueur pouvait être sans pitié dans un jeu, et socialiser tout à fait normalement une fois offline.

Un constat qui n’étonnera personne ici, mais qui fera peut-être réfléchir les gens qui pensent que ce média fait de nous de dangereux psychopathes. Même si l’abus n’est jamais bénéfique. L’intégralité de l’étude est disponible en ligne (et en anglais) sur le Journal of Computer-Mediated Communication.

 

 

stopwatch 2 min.