Vol de données chez Microsoft : 3 mois de prison ferme

Général

Par Elodie le

Les vols de données et l’espionnage économique sont la bête noire des entreprises innovantes dans un contexte de compétition exacerbée et de buzz permanent. D’autant plus quand la fuite est interne. Alex Kibkalo, ex-employé de Microsoft, vient de l’apprendre à ses dépens, il a été condamné à trois mois de prison ferme.

vol_données_mircrosoft_employé_prison

La vengeance. Tel est le mobile de cet ancien cadre de Microsoft qui, en conflit avec son entreprise, a choisi de dévoiler des informations confidentielles à un blogueur français concernant le design et les fonctionnalités de Windows 8 RT, le nouvel OS de la compagnie de Redmond.

C’est en 2012, alors qu’il est employé chez Microsoft depuis 7 ans, qu’Alex Kibkalo a perpétré son forfait suite à une mauvaise évaluation de son employeur. En plus de captures d’écran d’une préversion de Windows 8, il a notamment livré « Activation Server Software Development Kit », un logiciel de protection anti-piratage interne ainsi que des mémos internes.

Le rapport du FBI, accessible en ligne, dévoile les échanges entre Kibkalo et le blogueur français dont le nom n’a pas été révélé.
Par ailleurs, le rapport lève également le voile sur les investigations menées par Microsoft et les moyens mis en œuvre pour débusquer les preuves incriminant l’ancien cadre. Investigations qui auraient pu se retourner contre la compagnie puisqu’elle est allée fouiller dans la messagerie Hotmail et le compte Skydrive de son employé d’alors. Ce que n’a pas manqué de relever certains internautes s’interrogeant sur la légalité de telles méthodes. Microsoft a modifié ces conditions générales d’utilisation depuis afin d’anticiper d’autres affaires.

fuites-windows-8-prison

Arrêté en mars, Alex Kibkalo a été condamné par le tribunal de Seattle à trois mois de prison ferme. Néanmoins, les 22,5 millions de dollars réclamés par Microsoft au titre des dommages et intérêts ne lui ont pas été accordés.

Source: Source