Top : 7 bracelets connectés comparés

JDG Network

Par Gregori Pujol le

L’été est là, les vacances sont toutes proches et les objets connectés sont la nouvelle mode ! Parmi eux, les bracelets connectés qui connaissent un succès depuis une grosse année, même si leur existence remonte à plus longtemps. Les acteurs sur ce secteur sont de plus en plus nombreux et si, au départ, cela ressemblait à un marché de niche alimenté par de produits issus de start-up, les constructeurs les plus importants s’y sont récemment mis et l’attrait du public est de plus en plus important.

Contrairement aux smartwatchs, le bracelet connecté ne dispose pas d’un grand écran, voire même d’aucun écran. Il est généralement bardé de capteurs, étanche, couplé à une application mobile, et il est là pour vous en apprendre un peu plus sur vous, votre environnement, vos activités, afin d’améliorer un peu votre mode de vie.

Voici notre sélection de 7 bracelets connectés que nous avons testés et qui répondent aux attentes qu’on peut avoir pour un tel produit.

Withings Pulse O2

Successeur du Withings Pulse, le Withings Pulse O2 est maintenant équipé d’un capteur permettant la mesure du taux d’oxygène dans le sang de l’utilisateur (SPO2). Le design de ce bracelet est loin de faire l’unanimité, grossier mais pourvu d’un écran tactile, le Pulse O2 a en revanche l’avantage de pouvoir être porté aussi bien au poignet qu’à la ceinture ou même tout simplement dans la poche.

Ce bracelet est assez complet, il vous donne le nombre de pas, le dénivelé, les kilomètres parcourus, les calories perdues, analyse votre sommeil et même votre fréquence cardiaque ! Surement le plus complet de tous, le Pulse O2 est couplé à une application Withings qui gère en même temps les autres objets connectés du constructeur et même certaines applications tierces, les différentes données peuvent aussi être consultées en ligne sur le site de Withings. L’autonomie de ce dernier est de 5/6 jours suivant l’utilisation que vous en faite (recharge via port micro USB standard). On notera que le mode nuit est assez précis et peut être couplé avec un autre objet connecté de Withings, l’Aura, pour avoir notamment des données plus précises sur votre sommeil.

Le Withings Pulse O2 reste néanmoins un peu cher puisqu’on le trouve aux alentours de 120 euros.

426028-withings-pulse-o2

Fitbit Flex

Pionnier dans le domaine, Fitbit a lancé sur le marché français son Flex il y un peu plus d’un an. Ce bracelet, qui se compose en fait d’un tout petit capteur amovible inclus dans un bracelet en plastique souple, se veut être un véritable coach numérique. Couplé à l’application mobile du même nom, le Fitbit Flex vous propose bien entendu les calories perdues, la distance et le nombre de pas effectués dans une journée, mais il va aussi analyser votre sommeil (nécessite une action sur le bracelet, car pas détecté automatiquement) ou encore se coupler avec d’autres objets connectés afin de croiser les données recueillies.

Le Fitbit Flex ne dispose pas d’écran, vous serez donc obligé de consulter les data en live sur votre mobile (équipé du Bluetooth 4.0 LE). De plus, son design n’est pas forcément avantageux et même assez grossier, là où d’autres bracelets sont bien plus esthétiques. L’autonomie du Flex varie de 3 jours à une bonne semaine, la recharge se fait via USB et le dock fournit, qu’il ne faudra pas oublier lors de vos déplacements.

Son prix en dessous des 70 euros lui confère un très bon rapport qualité/prix.

On notera que le Fitbit Force, successeur du Flex a été annoncé depuis déjà un petit moment aux US. Malheureusement pour le constructeur américain, le bracelet s’est avéré être la cause de plusieurs allergies cutanées, il a donc été obligé de le retirer de la vente, mais une nouvelle version sera prochainement disponible.

fitbit-flex_5colors_300dpi

Jawbone Up 24

Le Jawbone Up 24 succède au Jawbone Up, un bracelet connecté ayant connu un gros succès ! Très agréable au poignet, le Jawbone Up 24 n’en est pas moins complet. Compatible avec les terminaux iOS et Android (Bluetooth 4.0 LE) via une application assez bien faite et ergonomique, ce bracelet, qui ne dispose pas d’écran, va lui aussi vous permettre de connaitre tout au long de la journée, le nombre de pas réalisé, la distance parcourue, ainsi que les différentes activités pratiquées grâce à la compatibilité avec d’autres objets connectés et services. Il sera même en mesure de calculer le nombre de calories pris par jour si vous entrez en détail ce que vous mangez tout au long de la journée. Il dispose également d’un système d’alerte via son vibreur, que vous pourrez personnaliser et qui vous permettra aussi d’être réveillé en douceur en calculant le bon moment.

Nouveauté sur ce dernier modèle, le mode sommeil est – presque – géré automatiquement. En effet, il va être capable de détecter les moments où vous dormez, mais avec une précision parfois hasardeuse, une interaction manuelle avec le bracelet sera donc plus fiable. Enfin, son autonomie est d’environ une semaine, mais le rechargement s’effectue par un dock propriétaire qui passe par une prise jack et qui s’avère assez fastidieux.

On trouve le Jawbone Up 24 aux alentours de 125 euros.

up-family

Nike Fuelband SE

Même si le futur du bracelet de l’équipementier américain n’est pas encore assuré, le Nike Fuelband SE reste une valeur sûre, surtout depuis l’arrivée de l’application Android qui ne cantonne plus le bracelet à une utilisation avec un iPhone ou un PC/Mac. Contrairement à certains de ses concurrents, le Fuelband SE dispose d’un affichage composé de LED et vous permettra d’avoir accès aux diverses informations liées au tracking d’activités mais aussi à l’heure. Oui, c’est tout bête mais très peu le propose au final.
Pour Nike, tout est une excuse pour faire du sport. Aussi, la firme de l’Oregon a introduit la notion de session pour mieux mesurer son activité mais aussi sa propre unité de calcul, le Fuel Point, qui permet ainsi de mieux quantifier et comparer les résultats entre différents individus. Du coup, Nike a énormément travaillé autour de la partie gamification et réseau social, ce qui en fait sans doute l’un des bracelets les plus sympas à utiliser, pour peu que tous vos amis s’y mettent.

Gérant sommairement le mode sommeil, le seul reproche qu’on pourra vraiment faire et le côté ultra-propriétaire de l’accessoire et des Fuel Points mais aussi le manque d’alerte. On finit sur une autonomie moyenne de 4 à 5 jours en fonction de l’utilisation de l’affichage LED.

Le Nike Fuelband SE est disponible à 99 euros.

fbse_colorways

Sony Smartband

À côté des start-up, il fallait bien que les géants de l’électronique s’y mettent aussi et pour le coup, c’est le bracelet de Sony qui nous a interpellé. Un peu à la manière du Fitbit Flex ou encore du Garmin Vivofit, tout se base sur un capteur, ici appelé Core. Ce capteur, étanche, s’insère dans différents accessoires dont le bracelet qu’on a aujourd’hui et permettra de traquer toute votre activité physique.

Mais là où Sony se démarque de ses concurrents, c’est du côté de l’applicatif. En effet, au lieu de se limiter simplement à l’activité physique, LifeLog va traquer tout ce qui peut se passer sur le Core mais aussi sur le smartphone. Aussi, vous aurez accès à une sorte de frise chronologique avec tout mais absolument tout, de l’écoute de la musique à vos nombres de pas en passant par le temps passé sur les réseaux sociaux. Côté données personnelles, Sony ne partage rien, du coup, la marque japonaise n’a pas poussé plus loin le côté réseau social, ce qui pourra freiner certains. Maintenant, on a vraiment apprécié l’expérience proposée par Lifelog, ce qui en fait un de nos favoris.

Avec une autonomie moyenne autour de 4 jours, le Core peut se recharger à partir d’une simple prise micro-USB, un plus indéniable par rapport aux concurrents qui proposent une charge propriétaire. On trouve le Smartband de Sony à 99€.

Sony-Smartband1

Misfit Shine

Alors que la majorité propose un capteur tout en longueur, la startup Misfit a décidé de nous proposer un capteur tout en rondeur, le Shine. À peine plus grand qu’une pièce de deux euros, le Shine n’utilise pas une petite batterie à recharger comme ses concurrents mais une pile bouton. L’avantage, c’est que l’autonomie du Shine frise les 4 mois, ce qui change des 4/5 jours qu’on a l’habitude de voir.

Avec son design tout en rondeur, le Shine peut évidemment faire la même chose que tous ses concurrents, à savoir traquer votre activité quotidienne mais son gros avantage c’est qu’il peut se porter aussi bien au poignet qu’autour du cou ou encore clipser sur votre pantalon. D’ailleurs, le petit clip aimanté du Shine est d’une efficacité redoutable. Solide et étanche, il a été pensé pour se loger tant sur votre pantalon qu’à votre maillot de bain par exemple. Le seul hic par rapport à ses concurrents, c’est qu’on l’a trouvé souvent moins sensible, ce qui vous obligera à faire plus d’exercices.

Comptez un peu moins de 100 euros actuellement.

04_sportband_img_big-rs-100051188-orig-100051231-gallery

Garmin Vivofit

Le Garmin Vivofit, c’est un peu le Quasimodo des bracelets connectés. En revanche, il est super efficace et surtout, pour ceux qui ne se voient pas recharger son bracelet tous les 4/5 jours, le Vivofit bénéficie d’une autonomie de 2 ans. Mais ce n’est pas tout, le Vivofit pourra stocker jusqu’à un mois de données avant de devoir se synchroniser. Le secret d’une telle autonomie ? Des piles boutons et un affichage similaire aux montres quartz.

L’application Garmin Connect est en soi assez sommaire et classique dans son utilisation. Mais là où le Vivofit se démarque, c’est que le bracelet de Garmin adaptera vos objectifs en fonction de vos résultats. Ainsi, si vous n’avez pas été relativement actif durant journée, vos objectifs seront revus à la baisse le lendemain, et vice-versa. Bien évidemment le Garmin Vivofit est étanche et pourra vous accompagner même à la piscine.

Le Garmin Vivofit est disponible aux alentours de 110 euros.

07026540-photo-garmin-vivofit