L’Angleterre part à la chasse aux trolls

Business

Par Pierre le

Les trolls font partie intégrante du web. Le terme troller est même entré dans le langage courant et depuis plus de 15 ans, les internautes ont l’habitude de tomber sur l’un d’entre eux de temps en temps, s’ils n’en sont pas eux-mêmes. Pourtant, le gouvernement anglais a du mal avec ces créatures. Aujourd’hui, il annonce en effet vouloir mettre les trolls condamnés en prison pendant deux ans.

"Twoller, c'est pas cool, mec !"
« Twoller, c’est pas cool, mec ! »

A l’heure actuelle, les trolls anglais risquent jusqu’à six mois d’emprisonnement. Mais le secrétaire d’Etat à la Justice, Chris Grayling, a déclaré au Daily Mail qu’il comptait bien faire passer cette peine à deux ans.

Pourquoi maintenant ? Tout simplement à cause de l’affaire Chloe Madeley qui a défrayé la chronique cette semaine outre-Manche. La top model a en effet été harcelée sur Twitter, recevant notamment des menaces de morts de la part d’internautes pensant rester anonymes.

clhoe

Pourquoi un tel acharnement ? Tout simplement car sa mère s’était violemment attaquée à l’ancien footballeur de Sheffield Ched Evans. Ce dernier vient en effet de sortir de deux ans de prison pour viol. Ces « fans » se sont donc déchaînés contre la top model afin de se venger.

Ces trolls Internet sont des lâches et empoisonnent notre Nation. C’est du cyber-terrorisme,

a déclaré le secrétaire d’Etat.

Ainsi, sa proposition de loi sera étudiée par le Parlement à Londres. Dix ans après avoir promulgué la première loi sur les trolls, l’Angleterre pourrait bien passer la seconde dans les prochaines semaines.

Source: Source