Que pouvait bien faire Kim Kardashian à la conférence Re/Code ?

Business

Par Elodie le

La présence de Kim Kardashian à la conférence Re/Code n’est pas passée inaperçue. Re/Code a-t-elle cédé aux sirènes de la médiatisation à tout prix ou cette invitation était-elle légitime ?

kim_kardashian_conference_recode

Les commentateurs et les médias s’en sont donnés à cœur joie, tantôt pour médire, tantôt pour justifier qu’on en parle, Slate nous en délivre d’ailleurs un bref aperçu ainsi que Recode.net :

« Unfollow and unsubscribe! », « I’m disgusted! », « Your credibility just went to shit! », « Downfall of humanity! ».

Cependant, il se pourrait que KKW fasse encore grincer quelques dents puisque sa présence était requise en tant que business woman dans le secteur de l’application mobile. Et il faut croire qu’elle a eu du nez, comme le justifie Alexia Tsotsis sur TechCrunch (qui doit elle même encore légitimer sa présence sur scène) :

« Parce qu’elle est la co-créatrice d’une des applications les plus populaires de 2014 [Kim Kardashian: Hollywood]. Parce qu’elle est sur le point de gagner 200 millions de dollars [environ 158 millions d’euros, ndlr] rien qu’à partir d’une application mobile, cette année. Parce qu’avec 700.000 dollars [un peu plus de 555.000 euros, ndlr] de gains par jour juste avec l’application, elle a plus de succès que la plupart des fondateurs de start-up, si l’on s’en tient aux revenus. »

kim-kardashian-hollywood-app
Toi aussi, deviens Kim Kardashian West !

Mais Kim Kardashian West n’est pas la seule à profiter de son statut pour développer (enfin faire développer) et commercialiser une application, dédiée à sa personne ou non. Tom Hanks a fait parler de lui récemment, son application, Hanx Writer – moins égo-centrée que celle de Mme West – qui permet de « retrouver la sensation d’une vieille machine à écrire manuelle, avoir le son des frappes » et la typo si spécifique de ces vieilles machines, s’est rapidement retrouvée en tête des ventes sur iTunes.
Ashton Kutcher s’est également lancé dans l’aventure, avec 6 millions de followers sur Twitter, l’acteur s’est lié avec UberMedia pour lancer une application Twitter, A.plus ou encore 50 Cent.

kim-kardashian-west-recode-conference
crédits : Asa Mathat

Dans le même esprit, certains surfent sur la vague des tendances du moment, comme les sorties de films, pour lancer leur application en amont. Ce que TechCrunch a appelé « la Hollywoodification de l’AppStore » dans un article paru fin août :

Ceci n’est pas limité au jeu de Kim, paru le mois dernier, même si c’est clairement une force dominante. Un autre des titres les plus téléchargés était Transformers: Age of Extinction dont la sortie coïncidait avec celle du film et qui est rapidement arrivé dans le top 5 des jeux présents sur Google Play. Lui aussi a montré comment une application soutenue par Hollywood peut devenir tendance, en démontrant à nouveau que les films et applications marchent très bien main dans le main et montrent à quel point ces produits dérivés peuvent avoir du succès. Par exemple, parmi les récents vainqueurs du genre, on trouve Despicable Me: Minion Rush, Frozen Free Fall, et Maleficent Free Fall.»

À ceux qui estiment que Kim Kardashian doit plus sa présence à sa plastique et son aura médiatique qu’à sa légitimité dans le domaine des applis, Alexia Tsotsis précise que c’est Kara Swisher [organisatrice de Evènement] qui « a estimé que son expérience et l’histoire de son projet mobile suscitait assez d’inspiration pour lui demander de venir sur scène. »

Source: Source