Un juge demande les empreintes d’un accusé pour déverrouiller son smartphone

Smartphone

Par Pierre le

Certains téléphones utilisent maintenant un capteur biométrique afin de garantir une sécurité optimale. On peut par exemple citer les iPhone, le S5, le Note 4, le One Max… Mais ce système de sécurité à ses failles, puisqu’il est moins fiable qu’un bon vieux code à quatre chiffres devant la Justice…

Screenshot

En effet. En Virgine (Etats-Unis), un ambulancier est passé au tribunal pour coups et blessures sur sa compagne. Steven Frucci, le juge de l’affaire, a considéré qu’il n’y avait pas assez de preuves pour l’inculper. Il a donc demandé aux policiers de farfouiller dans le téléphone de l’accusé pour voir s’il pouvait y trouver quelques petites choses.

Mais problème, le smartphone (dont la modèle n’a pas été précisé) est doté d’un capteur biométrique. Le juge a alors demandé aux policiers de prendre des empreintes du suspect afin d’accéder au terminal. Une première qui pourrait faire jurisprudence par la suite. Le juge a par ailleurs indiqué que ce procédé n’était pas exceptionnel, s’apparentant à un simple prélèvement d’ADN.

Alors pourquoi un code est-il plus sûr qu’un lecteur d’empreinte devant la Justice Américaine ? Tout simplement à cause du cinquième amendement qui n’oblige en aucun cas le suspect à coopérer avec les forces de l’ordre via la parole (le fameux vous avez le droit de garder le silence).

Source: Source