#OpCharlieHebdo, les Anonymous ripostent

Sur le web

Par Elodie le

Suite au terrible attentat perpétré à Paris contre le journal satirique Charlie Hebdo, Anonymous avait promis une « réaction massive et frontale ». En fin de semaine dernière, ils ont dévoilé les comptes Twitter et profils Facebook de nombre de djihadistes et mené des cyberattaque contre plusieurs sites radicaux.

OpCharlieHebdo

« La liberté d’expression et d’opinion est une chose non négociable, s’attaquer à elle, c’est s’attaquer à la démocratie. Attendez-vous à une réaction massive et frontale de notre part car le combat pour la défense de ces libertés est la base même de notre mouvement. »

« Écœurés, choqués, nous ne pouvons tomber à terre. Il est de notre devoir de réagir. » Le jour même de l’attaque terroriste, Anonymous rendait hommage aux victimes et annonçait stopper ces attaques contre le site du ministère de la Défense (en représailles à la mort de Rémy Fraisse) pour venger Charlie Hebdo.

Nous sommes tous très affectés par la disparition de Cabu, Charb, Tignous et Wolinski, des géants du dessin qui ont marqué par leur talent toute l’histoire de la presse et qui sont morts pour sa liberté. Nous n’oublions pas les autres victimes tuées dans l’attaque qui se trouvaient sur le chemin de ces assassins, ainsi que celles qui se battent encore pour rester en vie.

Il est clair que certaines personnes ne veulent pas, dans un monde libre, de ce droit inviolable et sacré d’exprimer sous quelque manière que ce soit ses opinions. Anonymous ne laissera jamais ce droit bafoué par l’obscurantisme et le mysticisme. Nous combattrons toujours et partout les ennemis de la liberté d’expression.

C’est ainsi que vendredi 9 janvier, le groupe Anonymous (France et Belgique notamment) a lancé l’opération Charlie Hebdo, sous le sigle #OpCharlieHebdo, et mené plusieurs attaques contre des « terroristes islamistes » sur Internet.

anonymous-attaque-ennemis

Nous allons vous traquer jusqu’au dernier et vous détruire […] Nous comptons dès lors venger leur mort, nous allons surveiller toutes vos activités sur le net, nous fermerons vos comptes sur tous les réseaux sociaux. Vous n’imposerez pas votre charia dans nos démocraties…

Sur Pastebin, Anonymous a dévoilé une liste de comptes Twitter et profil Facebook de djihadistes et encouragé les internautes à signaler ces comptes. Une cinquantaine au total, en français, anglais et arabe censés appartenir à des fondamentalistes « islamistes ». Des attaques en DDoS ont également été mené contre des sites tels que « Alintibaha et Ansar-alhaqq connus pour diffuser des messages radicaux et djihadistes », nous précise ZDNet.
Depuis, ces sites sont inaccessibles tout comme certains comptes Twitter étaient fermés le lendemain de l’opération.

Cependant, ces cyberattaques peuvent se révéler contre-productives et gêner les investigations, comme le souligne Bluetouff, de son vrai nom Olivier Laurelli, à l’AFP. Expert en sécurité informatique il estime qu’ “À partir du moment où l’on s’attaque à leurs réseaux où ils communiquent, on interfère dans le travail des enquêteurs. Ce n’est pas en mettant des sites hors service que l’on va régler quoi que ce soit.
« en s’attaquant au serveur, les pirates d’Anonymous risquent de bloquer des données ou de faire disparaître les traces d’accès aux sites par les criminels. Traces qui pourraient être utilisées pour identifier d’autres terroristes », averti quant à lui Olivier Bogaert, commissaire de la Computeur Crime Unit de la police fédérale belge.

Source: Source