[Business] Il y a 14 ans de cela, Microsoft a envisagé d’offrir la toute première Xbox aux joueurs

Par Henri le

Sortie il y a maintenant quatorze ans, la Xbox première du nom a fait l’objet de nombreuses spéculations lors de son lancement. En coulisse, les idées...

Sortie il y a maintenant quatorze ans, la Xbox première du nom a fait l’objet de nombreuses spéculations lors de son lancement. En coulisse, les idées les plus folles ont été débattues.

xl_microsoft-xbox-624-1

Mine de rien, le défi que s’était lancé Microsoft avec la Xbox était sacrément osé. La firme de Redmond a d’ailleurs eu les idées les plus excentriques pour l’imposer auprès des joueurs. Interviewé par le très sérieux site GamesIndustry, Lorne Lanning, créateur de la saga Oddworld a partagé ses souvenirs concernant l’effervescence des équipes marketing de la Xbox à cette époque.

Lui qui avait connu le succès sur Playstation grâce à l’Odyssée d’Abe avait étonné les fans en changeant de bord, et en choisissant la Xbox pour présenter Oddworld : Munch Oddysey. Une décision importante pour l’adhésion des joueurs à la machine, qu’il explique aujourd’hui en se remémorant les arguments de Microsoft. Il semblerait en effet que la société ait envisagé la gratuité totale de la machine.

À cette époque-là, Microsoft pensait que son marché principal serait le jeu « casual ». La Xbox serait la console des casual gamers. C’est pour cela qu’ils se sont rapprochés de nous en nous disant « vous avez un jeu qui peut concurrencer Mario, et Mario est l’homme à abattre. Nous voulons cette audience. Nous aimons Oddworld, donc pourquoi ne pas prendre le train en marche ? Et on pourrait même offrir la console. […] À ce moment-là, tu te dis, s’il trouve un moyen de rendre gratuite la console, ils vont gagner. Et s’ils vont gagner, il faut qu’on soit avec eux.

Lorne Lanning / Crédits : DR
Lorne Lanning / Crédits : DR

Les choses ont évidemment changé avant la sortie de la Xbox, mais cette idée ne paraissait pas complètement farfelue. Seamus Blackley, un des co-créateurs de la console, y est lui aussi allé de sa petite anecdote.

Lors de la genèse de la Xbox, avant même de savoir si on allait la vendre comme une simple console, tous les gens qui croyaient au projet pensaient qu’il fallait que cela soit gratuit, et qu’on devait forcer les clients à utiliser Windows.

Console-Wars-Nintendo-Microsoft-Sony

Une stratégie intéressante, qui voyait la Xbox comme une sorte de cheval de Troie de luxe pour le système d’exploitation. Heureusement pour les joueurs et la marque, ce n’est pas la voie qu’a empruntée la firme. L’industrie du divertissement avait en effet une mauvaise image de Windows en général. Lorne Lanning s’en souvient bien.

« On n’a pas besoin de ton OS dans l’industrie du divertissement. On a besoin de rien venant de toi là-dedans. À vrai dire, si ce que tu fais ressemble à du Windows, on n’a pas envie de s’en servir, tu vois ? ». C’était une perception très répandue des choses. Il y avait une vraie résistance de ce côté-là. On entendait « Microsoft Studios ? On emmerde Microsoft Studios ! ». Et on a fait le tour du monde pour les défendre. On leur disait « Écoutez, ça va servir à créer de meilleurs environnements, des meilleurs jeux, mais aussi vous permettre de développer moins cher, et de sécuriser vos emplois. »

Mais ce n’est pas la seule excentricité à laquelle Microsoft s’est laissé aller. Seamus Blackley se rappelle également que certains pontes évoquaient directement le rachat de Nintendo, qui comme on l’a vu, constituait le cœur de cible de la nouvelle console.

Dites-moi en une. Une mauvaise idée, et vous pouvez être sûr que nous l’avions évoqué.

halo-combat-evolved1

Toutes ces mauvaises idées n’ont finalement pas abouties, et Microsoft a tout de même réussi à construire et produire une très bonne machine, poussée par des grands FPS comme Halo, ainsi que les solides fondations du Xbox Live. Lorne Lanning se souvient de l’état d’esprit des designers, et de l’effervescence des équipes.

Ils pensaient comme le font parfois les petits développeurs. Ils avaient la niaque. […] Ce n’était pas comme s’ils avaient un travail et étaient assigné chacun à une tâche. […] Quand vous combinez tous ces facteurs, vous vivez un moment très intéressant. Et ce fut une superbe machine.

Pensez-vous que Microsoft et ses équipes ont fait les bons choix pour s’imposer durablement dans le paysage vidéoludique, et sur le marché des consoles ?

stopwatch 8 min.