Robert Downey Jr est-il hispanophobe ?

Cinéma

Par Elodie le

Tempête dans un verre d’eau ou réelle polémique ? À Londres, en pleine promo pour la suite d’Avengers, Robert Downey Jr a fait un commentaire sur le réalisateur Alejandro González Iñárritu que beaucoup ont pris pour de l’hispanophobie. Explications. La promotion d’Avengers, l’ère d’Ultron n’est décidément pas une sinécure pour Robert Downey Jr. Après avoir […]

Tempête dans un verre d’eau ou réelle polémique ? À Londres, en pleine promo pour la suite d’Avengers, Robert Downey Jr a fait un commentaire sur le réalisateur Alejandro González Iñárritu que beaucoup ont pris pour de l’hispanophobie. Explications.

Robert-Downey-Jr.-hispanophobe
© S. Jones/Disney

La promotion d’Avengers, l’ère d’Ultron n’est décidément pas une sinécure pour Robert Downey Jr. Après avoir mis brutalement fin à une interview, outré par une question sur son passé, sur fond de drogue et de prison, « C’est ça la promo du film ? » s’était-il indigné en quittant le plateau de Channel 4, l’interprète fait de nouveau parler de lui.

Cette fois-ci, il réagissait à une phrase du réalisateur mexicain concernant Birdman, film pour lequel il a reçu l’oscar du meilleur réalisateur et du meilleur film : « [Les super-héros] incarnent des valeurs de droite. Ils ont représenté un poison, un génocide culturel, car le public a été surexposé aux complots, aux explosions, toute cette saloperie qui n’a rien à voir avec l’expérience humaine. »

Sauf que le journaliste interrogeant Robert Downey Jr n’a pas jugé nécessaire de lui donner la phrase dans son intégralité préférant résumer ainsi : « Le réalisateur Alejandro González Iñárritu a dit que les films de super héros étaient un ‘génocide culturel’ », ce à quoi Tony Stark, presque impassible a rétorqué : « Écoutez, je le respecte énormément. Et je pense que pour une personne dont la langue maternelle est l’espagnol, l’emploi de l’expression “génocide culturel” montre à quel point il est brillant. »

Relayé sur le site du quotidien The Guardian, les propos de l’acteur n’ont pas mis longtemps pour embraser la toile et susciter l’indignation du monde hispanophone nous rapporte Libération.

Le réalisateur mexicain n’a pas encore répondu à la polémique, mais il sera peut-être aussi tolérant qu’il l’avait été avec Sean Penn, accusé de racisme lors de la remise de l’oscar du meilleur film à son ami Iñárritu. En ouvrant l’enveloppe, après un temps d’arrêt il avait lâché : « Mais quel est le fils de **** qui lui a filé la green card ? »

Le réalisateur avait tenu à défendre Penn en expliquant : « J’ai trouvé ça hilarant. Sean et moi avons une sorte de relation un peu brute à laquelle seules les vraies amitiés peuvent survivre […] Quand je l’ai dirigé dans 21 Grammes, il me faisait toujours des blagues de ce type-là. On est de vieux copains. J’ai toujours trouvé ça très drôle. »

Source: Source