Taylor Swift, “êtes-vous si différente d’Apple ?”

Business

Par henel le

ap_taylor_swift_adult_websites_jc_150324_16x9_992

Hier, nous vous rapportions dans nos colonnes que Taylor Swift a réussi à influencer concrètement les plans d’Apple. En effet, cette dernière voulait que la firme à la pomme reverse des royalties aux artistes durant les périodes d’abonnements gratuits.

C’est bien beau de se la jouer Robin des bois, défendre la veuve et l’orphelin, etc. Mais encore faut-il balayer devant sa porte avant d’attaquer celles des autres. Jason Sheldon, photographe freelance a eu l’occasion de participer à de nombreux concerts dans sa vie: Aerosmith, Michael Bolton, Europe (j’en passe et des meilleurs, jetez un oeil à son portefolio).

Dans le cadre de son job, Jason Sheldon a donc tiré pas mal de clichés. Sauf que ce n’est pas tout d’en faire, il faut par la suite pouvoir les exploiter. Et c’est là où le bât blesse. Dans une lettre ouverte partagée sur Factmag, il se permet de répondre à Taylor Swift. En la félicitant au départ, puis petit à petit, se dresse contre elle.

Petit résumé du post (disponible en entier ici): au commencement, Jason Sheldon semble d’accord en tout point avec l’artiste:

FV2CeHCn

“C’est choquant que des compagnies espèrent exploiter des artistes. Ce n’est pas surprenant.”

Après quoi, il pointe du doigt le fait que Taylor Swift en a fait une déclaration publique et désintéressée, alors qu’il semblerait que ce soit plus personnel (ce qu’elle réfute). Il se demande si elle se trouve vraiment du côté des groupes indépendants qui subiraient de plein fouet la non-rémunération de la période d’essai.

Par la suite, la chanteuse dit qu’un sentiment de peur autour d’Apple est partagé par tous les artistes… Elle se sentait obligée de parler au nom de tous. C’est là que Jason Shelson sort de ses gonds:

“C’est un sentiment partagé aussi dans le monde de la photographie. Certains sont effrayés de parler par peur d’être blacklistés par les relations presse et les managers qui cherchent à maîtriser la vision du public. Pour chaque artiste pouvant se dresser contre des compagnies comme Apple sans avoir à se soucier de comment ils vont continuer à vivre, il y a 100 photographes qui ne peuvent pas se permettre d’agir de la même façon, qui n’ont pas de “fans” derrières eux qui le soutiennent pour faire valoir leurs droits. Il y a un plus grand risque pour nous de ne plus pouvoir effectuer notre job par la suite si l’on déplaît, de ne plus pouvoir assister à aucun show.”

Il fournit la copie d’un contrat que lui à soumis Firefly Entertainment Inc., le groupe qui s’occupe de Taylor Swift. Bien sûr, afin de pouvoir assister aux spectacles de Taylor Swift, il faut impérativement avoir signé les clauses de ce contrat. Il serait trop long de s’étaler sur les sept points que contient le papier (qui date de 2011 à en croire la date, mais qui n’a sans doute pas été modifié entre temps). Toutefois, retenons que les photos doivent être prises au tout début du show et sans aucun flash, qu’elles peuvent être interdites de diffusion, voire céder à la compagnie à vie et que le groupe peut choisir les photos qui ont le droit d’être publiées, etc.

2011-concert-photo-authorization-form-firefly-rev-1-26-1100055994-21

C’est un peu hypocrite de dire: “Trois mois sans être payés c’est long”alors que son groupe peut utiliser gratuitement et sans concession les fruits d’un dur labeur pour l’éternité. Et jusqu’à preuve du contraire, l’éternité est plus longue que trois mois. Jason Sheldon surenchérit en demandant, “Êtes-vous si différente d’Apple ?”. La réponse semble être NON.

Enfin, “il n’est pas trop tard pour changer la politique” vis-à-vis de la musique. Oui, et cela a d’ailleurs fonctionné. Alors, pourquoi ne pas faire la même chose avec la photographie ?

“Les photographes ne demandent pas à rendre votre musique gratuite. Alors s’il vous plaît, ne me demandez pas de travailler gratuitement.”

Cependant, le porte parole anglais de la chanteuse n’a pas tardé a réagir. Selon ce dernier, le contrat serait “mal interprété” et tous les photographes qui shoot le 1989 World Tour peuvent utiliser leurs clichés. Avec l’approbation de la direction. De plus, il dit que l’accord ne transfert en aucun cas les copyrights des photos. M’ouais.

Source: Source