Le smartphone dans le bloc opératoire, fléau des hôpitaux

Business

Par henel le

Doc19avi_003197897

Le smartphone s’installe partout et même dans le domaine hospitalier. Une nouvelle qui fait frémir le site médical Medscape.

C’est un phénomène que peu de monde avait pris en compte, comme l’explique le Parisien. Si les patients sont priés d’éteindre/mettre en mode avion/ ne pas avoir de smartphone sur eux, les médecins ne sont pas concernés.

“Alors que les centres hospitaliers ont longtemps exigé de leurs patients la bascule en mode avion, ils n’ont pas vu venir l’addiction au portable de leurs propres salariés” – Dr. Catherine Desmoulin, qui s’occupe de Medscape.

Près de 66 % des médecins ont pris l’habitude d’utiliser leurs smartphones à l’hôpital, même en salle d’opération. Évidemment, cela fait surgir des questions liées à l’hygiène, la concentration et sur le droit à l’image des patients. Il semblerait que les “étudiants s’envoient à la pelle des photos d’opération”, précise le docteur. Les salles d’opération ne sont plus aussi silencieuses qu’avant…

Mais la plaisanterie a assez duré. Aux USA, ce phénomène a pris des tournures dramatiques. Une patiente est décédée au Texas, parce que l’anesthésiste censée la surveiller regardait ses mails. Un autre est resté partiellement paralysé après une opération. Ce dernier a prouvé que son neurochirurgien a passé une dizaine de coups de fil durant l’intervention. Bref, il a malheureusement beaucoup d’exemples.

Les smartphones sont devenus un véritable fléau. Pour autant, des docteurs comme Ségolène Arzalier-Daret soulève son côté utile:

“La profusion d’applications destinées aux professionnels nous encourage à les utiliser : outils d’aide à la décision, calculs de scores, convertisseurs, dictionnaire de médicaments… Mais une mise à jour des règles encadrant leur usage est sans doute nécessaire. Une procédure plus adaptée à notre vie actuelle sera sans doute mieux respectée !”-Dr. Ségolène Arzalier-Daret

En effet, c’est à présent ce que certains praticiens souhaitent, un meilleur encadrement de leurs utilisations.

Vous l’aurez sans doute remarqué, ce ne sont pas des cas uniquement liés aux USA. Par ailleurs, Ouest-France rappelle qu’il était interdit dans les hôpitaux français jusqu’en 2010, par une circulaire, d’utiliser ces téléphones. L’Assistance publique-Hôpitaux de Paris l’a retiré, reconnaissant que les mobiles ne perturbaient pas le fonctionnement des machines.

Source: Source