81 % des français ne justifient pas le renouvellement d’appareils high-tech

Ville de Geeks

Par henel le

smartphones_rect

Le marketplace BackMarket (spécialisé dans le reconditionnement d’appareils) s’est penché sur la question du renouvellement de nos équipements high-tech, ainsi que sur leurs répercutions environnementales. Résultat : 81 % des Français ne justifient pas la fréquence de renouvellement proposée par les constructeurs.

Pour autant, il y a une différence entre ce sondage et ce qu’il se passe réellement. D’après les cofondateurs de BackMarket, “les Français ont pris l’habitude de renouveler leur mobile au rythme des innovations proposées par les marques”. Peu importe si leurs appareils fonctionnent encore. Cependant, 69 % d’entres eux affirment garder leurs anciens téléphones, au cas où.

obsolescence programmée

Par ailleurs, selon une directive de l’Union européenne, seuls 35 % des e-déchets sont correctement recyclés. Parmi ceux-ci, 70 % sont encore capables de fonctionner correctement. À noter que cela représente près de 41,8 millions de tonnes en 2014. La France est située à la 8e position avec 22,2 kg par habitant.

BackMarket encourage donc à donner une seconde vie aux produits high-tech :

“Cet exemple [les téléphones] illustre bien que si l’obsolescence programmée des produits a fait vivement réagir, il est une obsolescence plus sournoise et dommageable : celle perçue, qui nous pousse, de nous-mêmes, à renouveler un équipement qui fonctionne encore. Si les appareils ne sont plus conçus pour durer, il est impératif que chacun s’interroge sur ses propres habitudes de consommation. Puisque l’équation ressource naturelle / mode de vie moderne ne joue pas en notre faveur.”

À noter que chez nous, l’Assemblée nationale a récemment voté le nouveau délit d’obsolescence programmée : “L’obsolescence programmée se définit par tout stratagème par lequel un bien voit sa durée de vie sciemment réduite dès sa conception, limitant ainsi sa durée d’usage pour des raisons de modèle économique.”