Nintendo voulait terminer Goldeneye 007 avec une poignée de main

Jeux Vidéo

Par Olivier le

S'il est un grand classique du FPS, c'est bien Goldeneye 007 sur N64. Le jeu fait encore mouiller les grands yeux tristes des nostalgiques d'une période...

S’il est un grand classique du FPS, c’est bien Goldeneye 007 sur N64. Le jeu fait encore mouiller les grands yeux tristes des nostalgiques d’une période révolue. Mais le jeu aurait pu être bien différent.

C’est Martin Hollis, le créateur du jeu, qui a donné cette amusante anecdote lors d’une conférence au festival GameCity de Nottingham, chez ces bougres d’Anglais. L’éditeur Rare a en effet dû batailler pour imposer ses vues sur le titre auprès de Nintendo, qui craignait la violence qui se dégageait du jeu.

Shigeru Miyamoto nourrissait en effet de sérieuses craintes concernant l’aspect « sanglant » (avec nos yeux d’aujourd’hui, c’est plutôt amusant) de Goldeneye. À un moment, vers la fin du développement du jeu, Hollis reçoit un fax du dirigeant de Nintendo lui suggérant qu’il serait agréable si, à la fin du jeu, le joueur pouvait « serrer la main de tous ses ennemis à l’hôpital ».

On imagine la séquence. Heureusement, ça n’est jamais arrivé et il est fort probable que Nintendo se félicite encore aujourd’hui du carton réalisé par le jeu.

Source: Source