Facebook met à jour sa politique du « vrai nom »

Business

Par Elodie le

Facebook travaille à mettre à jour sa politique du « vrai nom » en changeant le processus par lequel les membres du réseau valident leur identité, assouplissant ainsi la politique via laquelle ils s’enregistrent sur la plateforme.

pseudo_Facebook

Lors de notre rencontre avec Stephen Deadman, responsable de la protection de la vie privée chez Facebook, concernant les questions de confidentialité, il nous a été confié que Facebook travaillait actuellement à proposer une certification des comptes pour tous et plus seulement aux célébrités et personnalités publiques.

Et ce, notamment afin de lutter contre les usurpations d’identité, malheureusement courantes sur ce type de plateforme. Mais aussi pour permettre à certaines catégories de personnes d’être reconnues en fonction de leur nom d’usage et non plus celui attaché à leur sexe.

Cette mise à jour de la politique du « vrai nom » sonne comme un signe en ce sens. Avec elle, Facebook souhaite réduire le nombre de personnes interrogées dans le cadre d’une authentification d’identité et rendre leur démarche plus aisée pour la confirmer, notamment en leur laissant la possibilité d’expliquer pourquoi leur situation requiert l’usage d’un pseudo par exemple. Par ailleurs, les utilisateurs signalant un compte comme étant frauduleux devront également expliquer leur démarche.

« Cela va aider nos équipes à mieux comprendre les raisons pour lesquelles quelqu’un signale un profil, en leur donnant plus d’informations sur la situation spécifique », explique ainsi Alex Schultz, vice-président à la croissance dans une lettre.

« Nous voulons réduire le nombre de personnes qui sont interrogées par Facebook pour vérifier leur nom quand celui-ci a toujours été utilisé par leur famille et/ou amis. Et nous voulons faciliter les démarches d’authentification si nécessaire », ajoute-t-il.

Plus tôt dans l’année, diverses organisations, dont l’Electronic Frontier Foundation, avaient adressé une lettre ouverte à Facebook dénonçant sa politique « d’identité authentique » (« real name« ). Certains utilisateurs utilisant les moyens mis en place par Facebook pour signaler certaines catégories de personnes dans des intentions malveillantes, mettant ainsi à jour le nom qu’ils utilisent dans la vraie vie et qui diffère de celui figurant sur leurs papiers d’identité.
Certains se voyaient ainsi sanctionner pour infraction aux conditions d’utilisation, comme l’expliquait très bien Rue89 en début de mois. Certaines personnes choisissant d’utiliser un nom d’emprunt pour protéger leur vie privée après avoir eu affaire à un partenaire violent, avoir reçu des menaces ou subi des attaques à caractère politique.

« En vertu des politiques actuelles de Facebook, les utilisateurs créent des profils sous le nom qu’ils utilisent ‘dans la vraie vie’. Quand un utilisateur crée un profil pour la première fois, Facebook ne demande pas de preuve d’identité.

Tout utilisateur peut facilement effectuer un signalement aux modérateurs de Facebook et affirmer qu’un autre utilisateur viole les conditions d’utilisation, sans aucune obligation de soumettre des preuves pour étayer ce signalement », expliquait alors le site français.

Depuis quelque temps maintenant, sous la pression de diverses organisations de défense des libertés, Facebook autorise l’usage de pseudonymes et autres noms d’emprunt sur sa plateforme après moult tergiversations. Cependant, ces derniers doivent être suivis du vrai nom de l’utilisateur. La CNIL allemande, la Hamburg Data Protection Authority, avait d’ailleurs demandé à Facebook d’autoriser le recours au pseudo sur sa plateforme au nom du droit à la vie privée.

Cette nouvelle politique sera déployée dès le mois de décembre sur l’ensemble du réseau social.