Airbnb remporte une bataille à San Francisco

Business

Par Elodie le

Le référendum Airbnb visant à interdire la location d’un bien particulier au-delà de 75 nuits par an et obliger la plateforme à publier le détail des...

Le référendum Airbnb visant à interdire la location d’un bien particulier au-delà de 75 nuits par an et obliger la plateforme à publier le détail des transactions effectuées a été rejeté par les habitants de la ville.

airbnb_san_francisco_référendum_rejeté

Malgré le récent bad buzz suscité par sa campagne d’affichage dans les rues de San Francisco, Airbnb s’en sort bien : le référendum Airbnb a été rejetée et avec lui, la « proposition F » visant à limiter la location entre particuliers à 75 nuits par an. Airbnb, ainsi que les plateformes de location du même type, aurait également été contrainte à déclarer, chaque trimestre, les transactions effectuées.

À 61 % (des 65 000 bulletins de vote), les habitants de San Francisco, siège social d’Airbnb, ont rejeté la « proposition F ». Cette proposition de loi d’initiative populaire visait également à faciliter les recours de voisins d’appartements loués grâce à ces plateformes.

ll faut dire qu’Airbnb n’a pas lésiné sur les moyens : 8 millions de dollars de lobbying ont été engagés dans la bataille. Campagne qui s’était traduite par une série d’affiches comme autant de lettre ouverte aux bibliothèques municipales, travaux publics et écoles de la ville les incitant à utiliser à bon escient les 12 millions versés par Airbnb chaque année au titre de la taxe hôtelière.

« Chères bibliothèques, nous espérons que vous utilisez un peu des 12 millions de dollars de taxe de séjour pour ouvrir vos établissements un peu plus tard le soir » pouvait-on lire sur l’une d’entre elles.

Des réactions virulentes n’avaient pas tardé à apparaître sur les réseaux sociaux, dénonçant une campagne agressive.

La société créée en 2008 est aujourd’hui valorisée à 25 milliards de dollars et confirme ainsi son poids politique.

Source: Source