Warcraft : Duncan Jones veut briser la malédiction des adaptations pourries de jeux vidéo

Cinéma

Par Pierre le

C’est le grand jour pour Duncan Jones. Le réalisateur du film Warcraft va présenter ce soir la première bande-annonce de son film à la Blizzcon. Et Warcraft est une adaptation attendue au tournant. Sera-t-elle pourrie comme la quasi-totalité des films inspirés de jeux ou arrivera-t-elle a briser la malédiction ? En tout cas, le bonhomme a des arguments pour nous persuader que son film sera une réussite.

wargames_still8

C’est dans une longue interview accordée à Entertainment Weekly que le bonhomme évoque son oeuvre. Il insiste d’abord sur le fait que c’est un gamer, qu’il a joué à Warcraft et qu’il connait l’univers. Il précise ensuite que présenter le premier trailer à la Blizzcon à la place de la Comic-Con est une aubaine, car ce sera un public de fans hardcore qui réagira en direct à l’annonce. Mais une question attire particulièrement l’attention : Les nouveaux films adaptés de jeux, comme Warcraft et Assassin’s Creed, arriveront-ils à briser la malédiction des adaptations pourries ? Voici ce que répond Duncan Jones.

Il a deux choses. La première que je peux vous dire est que cette malédiction a également concerné les films adaptés de comics. Ça a pris une génération avant que des cinéastes qui adorent ça et qui ont grandi avec le média fassent des films qui vous concernent et qui vous font ressentir quelque chose. Je pense que c’est exactement le même cas de figure avec les films adaptés de jeux vidéo. Je suis en plein dans la génération jeux vidéo. J’ai commencé ma carrière de gamer sur Atari, sur la Commodore 64 et sur l’Amiga. J’ai un cœur de gamer et je l’aurai toujours. Je pense que ma sensibilité à propos du storytelling et des personnages vient automatiquement du jeu vidéo quand je travaille sur quelque chose de narratif. Pour moi, la source d’une histoire n’a pas d’importance. Je vais toujours trouver un moyen de créer une histoire intriguante avec des personnages avec lesquels ont ressent de l’empathie.

Une déclaration intéressante de la part de Jones qui va tenter de briser la malédiction qui est née au début des années 90. Vous pouvez découvrir son interview en intégralité à cette adresse.

Source: Source