FireSat : Un projet pour détecter rapidement les départs de feu depuis l’espace

Science

Par Henri le

Les incendies peuvent très rapidement dévaster des milliers d’hectares de foret, mais la NASA travaille actuellement sur un projet qui pourrait aider à mieux les combattre.

Chaque année, des incendies ravagent des hectares de champs et de foret, et deviennent un véritable cauchemar à contenir et à éteindre. Ce fut une nouvelle fois le cas lors du mois de septembre en Californie, puisque les flammes ont détruit plus de 53 000 hectares (cinq fois la taille de Paris). Visiblement concernée par le problème, la NASA se serait penchée sur un projet permettant de localiser plus rapidement les départs de feu.

750166af413a3afdd86d2a3ff3bc8de4_original

Le projet FireSat est développé par le Jet Propulsion Laboratory (une branche de la NASA) en collaboration avec une start-up nommée Quadra Pi R2E. L’idée consiste à installer un réseau de 200 capteurs infrarouges sur des satellites afin de surveiller en temps réel les endroits où la température monte en flèche. Robert Staehle, responsable du projet, estime que la mise en place du dispositif pourra à terme réduire les couts gigantesques liés aux incendies géants.

« Les retards dans la détection peuvent conduire à une escalade rapide des incendies et à une augmentation spectaculaire du coût qu’ils engendrent. Le système que nous préparons va fonctionner jour et nuit partout dans le monde pour détecter précocement les feux et ainsi réduire les impacts des incendies »

bc351f9981dfffc75e9ad126f9808983_original

Ces capteurs pourraient permettre de détecter des incendies de 10 à 15 mètres de large, environ 15 minutes après l’embrasement. Un signal serait par la suite envoyé aux pompiers situés dans la zone. Mais ce n’est pas tout, le système permet également de suivre la progression des flammes, en envoyant toute les minutes des images basse résolution du secteur touché.

Si la plupart des feux en ville n’atteignent pas ces dimensions, FireSat pourrait être très utile dans les grandes étendues, bien plus difficiles à surveiller.

Les satellites devraient également être capables de localiser « les explosions, les déversements de pétrole ainsi que d’autres événements dangereux impliquant une hausse de la température autour du globe ».

medium-157260

Le projet coute environ 30 millions de dollars, et Quadra recherche des fonds à la fois dans le public et le privé. Un Kickstarter a d’ailleurs été mis en place, mais n’a pour l’instant récolté que 5300 dollars. Quoi qu’il en soit, la NASA a jusqu’à début 2016 pour décider de se lancer dans l’aventure.

Une bonne idée, selon vous ?