Silent Circle, l’entreprise derrière le Blackphone essaye tant bien que mal de se dissocier des criminels

Sur le web

Par Antoine le

Le chiffrement des communications ne plaît pas à tout le monde, ce n’est pas nouveau. Que ce soit le gouvernement anglais, la CIA, la NSA tout ce beau monde ne voit pas d’un bon oeil que monsieur tout le monde puisse très facilement crypter toutes ses communications, toutes ses données, etc. Pour ces entités, monsieur tout le monde doit pouvoir être écouté et ses données doivent pouvoir être lues.

blackphone

Ce n’est pourtant pas l’avis de tout le monde. Certains politiques sont pour que les citoyens aient le droit de crypter ce qu’ils souhaitent comme ils l’entendent, et la position des entreprises sur le sujet est très variable.

Google et Apple font le choix de ne pas crypter les communications (bien que cela soit possible via des applications), mais sont en revanche pour un chiffrage complet des données présentes sur les appareils mobiles.

Ces derniers jours, la France a vu des événements d’une extrême gravité se dérouler sur son sol. Dans les jours qui ont suivi, en plus des réactions de soutien au peuple français, nombreuses sont les personnes à avoir pris la parole pour dire ce qu’ils pensent de la sécurité, de ce qu’il faut faire pour se protéger ou non, etc.

Ces prises de paroles ont notamment vu Donald Trump dire que si les personnes présentes dans le Bataclan avaient été armées, les choses se seraient passées différemment et aussi le patron de la CIA en profiter pour dénoncer le chiffrement des communications :

« Ces dernières années, à cause de divulgations non autorisées et d’interminables demandes de mea culpa sur le rôle du gouvernement dans sa manière de traquer des terroristes, il y a eu des amendements aux lois et des actions qui ont été décidées qui ont rendu la tâche de débusquer les terroristes bien plus ardues pour nous. »

Dans les jours qui ont suivis les attentas, l’application Telegram avait notamment été dénoncée pour être particulièrement prisée du groupe Daech pour faire circuler de l’information.

Pour répondre à l’action des Anonymous, le groupe avait publié une liste de moyens de communication cryptés pour permettre aux terroristes de prévoir leurs actions sans être inquiétés.

Et dans les premières places de cette liste se trouve notamment le Blackphone. Ce qui n’est pas vraiment une bonne nouvelle pour Silent Circle, l’entreprise à la source de ce téléphone. Pour rappel, le Blackphone est un smartphone qui propose de crypter toutes les communications et toutes les données présentes sur le téléphone. Il ne s’agit plus que de proposer un moyen logiciel pour crypter les communications comme le fait Telegram. Il s’agit de proposer un appareil conçu de A à Z pour ne pas être écouté, pour ne pas être espionné.

Silent Circle essaye donc tant bien que mal de dissocier ses activités des actions commises par les terroristes ou de n’importe quel acte criminel. Pour cela, l’entreprise promet d’être beaucoup plus vigilante et regardante sur les personnes qui achètent ses téléphones.

Cependant, la position de l’entreprise risque d’être compliquée à tenir auprès du public, d’un côté la communication de l’entreprise est basée sur le fait de garder les oreilles et les yeux des gouvernements (ou de toute personne qui voudrait écouter l’utilisateur d’un Blackphone) et d’un autre côté, l’entreprise veut ne pas être tenue responsable (surtout par les médias) de l’utilisation qui est faite de ses téléphones.

Toutefois, il est vrai que rendre Silent Circle ou le chiffrage des communications responsables d’actes criminels n’est pas vraiment une bonne idée. Le chiffrage des données est un outil qui peut être utilisé en bien ou en mal. Silent Circle pour sa part ne fait que proposer cet outil au public.

Source: Source