Washington appelle la Silicon Valley à plus de coopération pour détecter la radicalisation

Sur le web

Par Elodie le

C’était l’objet de la réunion entre le gouvernement et les géants du web de la Silicon Valley : aider à la détection de la radicalisation et lutte contre la propagande en ligne.

washington_coopération_détecter_radicalisation

Le 8 janvier avait lieu une réunion entre les acteurs de la Silicon Valley et le gouvernement américain — représenté notamment par quelques huiles du renseignement et de la sécurité nationale — afin de lutter contre la propagande terroriste et la radicalisation sur Internet.

Selon The Guardian, l’ordre du jour abordait principalement le cas des réseaux sociaux pour la propagande et le recrutement en ligne ainsi que la lutte contre la radicalisation.

Les discussions abordant la manière de « rendre plus difficile l’utilisation d’Internet par les terroristes pour recruter, radicaliser ou mobiliser des individus », de « contrecarrer l’embrigadement violent et à identifier les signes de recrutement » mais aussi de s’intéresser aux « techniques pour détecter et mesurer la radicalisation », rapporte Le Monde.

Certains participants se demandant si on ne pouvait pas utiliser un mécanisme similaire à celui de Facebook, pour détecter les tentatives de suicide, pour la radicalisation djihadiste.

Le chiffrement a finalement été abordé, alors qu’il ne devait pas faire partie des débats, du moins dans un second temps. Néanmoins, le directeur du FBI a conditionné sa venue à l’inscription du chiffrement sur la liste des débats, le sujet cristallise les tensions entre le monde du Renseignement et les géants du web depuis plusieurs mois.

Le premier met la pression sur les seconds pour qu’ils leur permettent un accès dérobé aux informations utilisateurs, alors que ces derniers ont renforcé le chiffrement des communications sur leur service depuis les révélations d’Edward Snowden en juin 2013.

En marge de cette réunion au sommet, la Maison Blanche a annoncé la création d’une « cellule de lutte contre les djihadistes ». Elle aura pour objectif d’« intégrer et d’harmoniser » les efforts menés sur le territoire américain par les ministères de la Sécurité intérieure et de la justice contre l’organisation Etat islamique (OEI), précise encore le quotidien du soir.