[Caméra cachée] Uber proteste par l’humour en piégeant ses clients londoniens

Sur le web

Par Elodie le

Alors que les autorités londoniennes souhaitent lui imposer un délai de 5 minutes avant toute prise en charge, Uber a choisi de filmer en caméra cachée la réaction de ses clients face à l’application d’une telle mesure.

caméra_caché_uber_londres

Uber poursuit son chemin sur la route du succès malgré les controverses qui émergent dans les pays où le service de VTC s’installe.

À Londres, Uber préfère jouer la carte de l’humour pour faire passer son message. L’autorité de régulation des transports londoniens (Transport for London) souhaite imposer à Uber un délai de 5 minutes entre réservation effectuée en ligne et le début de la course.

Qu’à cela ne tienne, la société a décidé de prendre cela au mot : avec la complicité de ses chauffeurs, Uber a réalisé une vidéo, « Qu’est-ce qui se passe quand vous faites attendre Londres? » (What happens when you make London wait ?), qui tente de démontrer l’absurdité d’une telle mesure si elle était réellement imposée.

Munis d’une caméra cachée, les chauffeurs filment la réaction de leurs clients obligés de patienter 5 minutes avant que leur course ne commence. Les réactions vont de l’impatience à l’énervement manifeste ou la complète perplexité, même lorsque le chauffeur déploie des trésors d’imagination pour les faire attendre : musique d’ascenseur, marche à côté de la voiture, morpion, gestes effectués au ralenti et autres joyeusetés. Mais ça fonctionne !

Lorsque le chauffeur explique le pourquoi d’une telle situation, le client ne peut qu’adhérer à l’absurdité d’une telle mesure. La vidéo invite à signer la pétition en ligne dénonçant le projet. À ce jour, plus de 206 000 signatures ont été récoltées.

En France, la guerre entre taxi et VTC se poursuit. Si les premiers ont semblé remporter une bataille avec le décret imposant un délai de 15 minutes entre la réservation et la prise en charge présenté par le gouvernement, elle fut de courte durée puisque la mesure a été retoquée par le Conseil d’État.

Néanmoins, Uber a tout de même stoppé son service Uberpop pour « préserver la sécurité des chauffeurs » et se situer « dans un esprit d’apaisement, de dialogue avec les pouvoirs publics ».

Source: Source