[Mini-Impressions] HEX : Shards of Fate – une alternative crédible à Hearthstone ?

Par Fabio le

Financé sur Kickstarter en 2013 avec plus de 2 millions de dollars récoltés, le jeu de cartes HEX : Shards of Fate prend tout son temps pour sortir en version complète, et peaufine en attendant ce qui devrait le différencier de l’expérience Hearthstone : sa campagne solo.

HEX1

Pour la petite histoire, HEX est le nom du météore ayant traversé de part en part la planète sur laquelle se déroulent les événements racontés dans le jeu de cartes de Cryptozoic Entertainment. Bien pratique le météore, puisque son arrivée justifie par la même occasion les dissensions des deux camps existants sur la planète, chacun désormais retranché sur un de ses versants.

HEX est un jeu de cartes sur PC construit sur le modèle du free-to-play. Le titre propose du multi mais aussi du solo, et comme Hearthstone, ceux qui mettront la main à la poche (en achetant des paquets de cartes) gagneront forcément du temps sur ceux qui ne la mettront pas. Si j’ai tout bien compris, il faudra même obligatoirement passer par la caisse enregistreuse pour participer à des tournois en ligne. En revanche, et contrairement au titre de Blizzard, vous noterez la présence d’un hôtel des ventes pour échanger et vendre ses cartes. En étant un peu malin donc, il devrait être possible de récupérer des bonnes cartes à pas cher.

Mais comme je le disais plus haut, c’est bien le PvE qui devrait singulariser l’expérience HEX de ses concurrents. À la manière de ce que proposait le Magic : The Gathering de Microprose (1997), il s’agira, dans la peau d’un personnage que vous avez créé (avec plusieurs archétypes possibles, un arbre de talents à compléter, etc.) de parcourir une meta-map à la recherche de quêtes. Contrairement à son ainé, vous ne pourrez néanmoins pas vous balader partout mais seulement emprunter des routes ponctués de points de passage, ouvrant un dialogue à choix multiples ou un duel de cartes.

HEX3

Pour la mécanique du jeu de cartes, de ce que j’ai ressenti, c’est la forte influence de Magic, justement. Quand je dis forte, c’est même extrêmement forte. Le découpage de phases, la main de départ à sept cartes, la limite de quatre cartes identiques par deck, les capacités des créatures (vol, mal d’invocation, initiative…), tout rappelle Magic ou presque (si bien que Wizards of the Coast a porté une affaire devant les tribunaux – résolue depuis).

Notons quelques menus ajouts intéressants cela dit : les possibilités d’activer des pouvoirs spéciaux propres à chaque classe (un peu comme dans Hearthstone) ou encore des modifications de gameplay en fonction des « plateaux de jeu ». Et puis, détail mais sur lequel on ne crachera pas, le jeu est très agréable graphiquement, avec ce qu’il faut d’effets inspirés et d’animations bien senties pour contrebalancer avec l’austérité d’un jeu de cartes sur PC.

Du coup, on en vient à la question de départ ? Est-il une alternative crédible à Hearthstone ? Sur le papier, plutôt. C’est déjà une alternative parce qu’il propose une expérience assez différente de celle du jeu de Blizzard, mais aussi et bien entendu parce qu’il s’appuie sur une mécanique de jeu huilée, parce que beaucoup de joueurs ont soutenu l’initiative pendant son développement, et parce qu’il a plutôt une jolie tête. Maintenant, il est encore tôt pour dire quel sera son destin, qui dépendra notamment des liens entre progression et modèle économique, un subtil mélange sur lequel plus d’un free-to-play s’est déjà cassé la figure.

HEX : Shards of Fate est actuellement en bêta, et c’est sur PC.
Pour les inscriptions, c’est sur le site officiel que ça se passe.

stopwatch 3 min.