Bill Gates souhaite le déblocage de l’iPhone de San Bernardino

Business

Par Pierre le

C’est une affaire qui fait grand bruit aux Etats-Unis : Apple refuse catégoriquement de débloquer le terminal de l’auteur de l’attaque terroriste de San Bernardino, malgré la demande du FBI. Si Apple est soutenu par de grands noms de la Silicon Valley, c’est une voix discordante qui vient aujourd’hui s’ajouter au concert. Et pas n’importe laquelle, c’est de Bill Gates.

Screenshot

Le milliardaire estime en effet qu’Apple devrait laisser les agents du FBI fouiller dans l’iPhone 5C du terroriste de San Bernardino. Si Apple défend l’intimité et les données de tous ses utilisateurs, Bill Gates y voit de la mauvaise volonté de la part de Cupertino dans les colonnes du Financial Times.

Billou estime en effet que débloquer l’iPhone du terroriste ne mettra pas en danger les autres utilisateurs. Pourquoi ? Car « c’est un cas particulier ». Gates appuie ses propos en arguant que le gouvernement ne demande pas l’accès à tous les terminaux Apple, mais bien à celui d’un terroriste qui a tué 14 personnes.

Débloquer le smartphone en question serait-il sans danger pour les autres utilisateurs ? Pas si sûr. Si Apple fournit un outil pour accéder aux iPhone bloqués, le FBI serait ainsi en mesure de débloquer tous les terminaux. Ce serait la porte ouverte à toutes les fenêtres, selon Tim Cook qui refuse catégoriquement de céder le moindre pouce au bureau fédéral américain.

Plus qu’une affaire de terrorisme, le cas de l’iPhone de l’iPhone de San Bernardino devient une affaire d’état, une affaire qui met en confrontation le monde des entreprises privées face aux pouvoirs publics. Apple est déjà soutenu par Whatsapp, Google et même Facebook. Notons que même Microsoft (maintenant sous la houlette de Satya Nadella) apporte son soutien à Apple. La déclaration de Bill Gates fait donc tache dans le monde des nouvelles technologies.

Côté politique, l’inénarrable Donald Trump a également donné son avis sur l’affaire. Du haut de sa mesure légendaire, le milliardaire a demandé aux américains de boycotter les produits Apple tant que Cupertino ne donnera pas l’accès à l’iPhone du terroriste au FBI.

Mais pour le moment, Cook tient bon.