Le gouvernement remet (encore) l’élargissement de la redevance TV sur la table

Gadget

Par Elodie le

On pensait le sujet clos, il n’en est rien. L’élargissement de la redevance TV aux PC, smartphones et tablettes devrait faire son grand retour dans l’hémicycle dans le cadre de la loi de finances 2017.

élargissement_redevance_tv_smartphones_pc_tablettes-retour

Véritable serpent de mer, la redevance TV élargie aux ordinateurs, smartphones, et tablettes pourrait faire son grand retour à l’Assemblée Nationale. En effet, toujours à la recherche de recettes fiscales pour financer l’audiovisuel public, le gouvernement pourrait donc remettre le dossier entre les mains de la nouvelle ministre de la Culture, Audrey Azoulay.

Du moins, c’est ce qui transparaît dans ses dernières déclarations au Parisien.
Interrogée par le quotidien sur la possibilité d’un élargissement de l’assiette de la redevance ou d’un retour de la publicité après 20 heures, la ministre assure que ces sujets ne sont pas d’actualité MAIS (parce qu’il y a toujours un mais) elle explique tout de même qu’ « aujourd’hui, la redevance repose uniquement sur la détention d’un poste, alors qu’on peut regarder la télévision sur Internet, les tablettes, les smartphones. Il faudra donc réfléchir à la manière d’intégrer ces nouveaux modes de diffusion dans la redevance. »

redevance-tv-élargissement

Le sujet devrait donc signer son grand retour dans le cadre de la loi de finances 2017.

Pour rappel, en septembre dernier, après moult tergiversations et spéculations, le président de la République en personne avait finalement tranché lors de sa conférence de presse de rentrée: non et non. François Hollande estimait alors que « la redevance télévisée ne [pouvait] pas être la variable d’ajustement ».

Le gouvernement avait finalement opté pour une augmentation d’un euro de la redevance, passant ainsi de 136 à 137 euros, et avait choisi d’augmenter la taxe versée par les FAI pour contribuer au financement de l’audiovisuel public. Une augmentation qui avait été dure à avaler par les opérateurs.
Stéphane Richard, le PDG d’Orange, avait alors dénoncé « une forme de mépris par rapport à notre secteur, à notre industrie » de la part du gouvernement. « Une fois de plus le secteur est pris pour une vache à lait ».

Les débats s’annoncent prometteurs…