Panama Papers : Quand Edward Snowden se paye François Hollande

Général

Par Henri le

C’est ce qu’on appelle une touche. Edward Snowden, ancien agent de la NSA ayant révélé au monde entier le gigantesque système de surveillance des USA, s’est récemment servi de Twitter de la plus fine des manières.

la-osc2015-doc-citizenfour-wre0027111441-20150211

Le sujet en question ? La fameuse affaire des « Panama Papers », qui a permis au grand public de découvrir un vaste système d’évasion fiscale, notamment utilisé par de nombreux hommes d’états. Des révélations que notre président François Hollande n’a pas tardé à commenter en expliquant que le retour forcé de ces évadés fiscaux permettrait de renflouer les caisses de l’état (sans en préciser le montant). Il en a également profité pour remercier « les lanceurs d’alertes » qui ont permis de focaliser l’attention des journalistes et personnes compétentes sur le sujet.

« Il faut protéger les lanceurs d’alerte, ils font un travail utile et prennent des risques […] Ces révélations sont une bonne nouvelle, car ça va nous faire des nouvelles rentrées fiscales. »

Des déclarations qui ne sont pas tombées dans l’oreille d’un sourd. Évidemment au courant de l’affaire, Edward Snowden a montré son étonnement dans un tweet très bref, rédigé en français, qui déclarait tout simplement : « Vraiment ? » (avec un retweet du discours sur iTélé).

Une façon habile de rappeler au chef de l’état qu’il avait la mémoire courte, car il ne lui avait pas accordé l’asile politique en 2013 lors de ses déclarations (tout aussi importantes) sur la NSA. Ce fut également le cas avec Julian Assange, qui s’est fait connaitre grâce à la création de Wikileaks.

Et toc.