A quoi joue l’inventeur auto-proclamé du Bitcoin ?

Sur le web

Par Elodie le

C’était lui, il avait décidé de lever le mystère puis pchiit, Craig Wright refuse d’apporter les preuves de son identité et disparaît du web.

inventeur-autoproclamé-bitcoin

Vrai faux Satoshi Nakamoto, faux vrai créateur du bitcoin ? Après avoir révélé être à l’origine de la monnaie décentralisée Bitcoin, Craig Wright semble faire machine arrière dans cet acte de contrition publié sur son blog et intitulé « Sorry ».
Aveu d’imposture ou de faiblesse, ce message, dont voici une traduction, ne fera qu’accentuer les doutes déjà existants concernant cette personnalité controversée.

« Je pensais pouvoir le faire. Je pensais pouvoir mettre des années d’anonymat et de dissimulation derrière moi. Mais après les événements de cette semaine et alors que je me préparais à publier la preuve que j’avais accès aux premières clés, j’ai flanché. Je n’ai pas le courage. Je ne peux pas.

Quand les rumeurs ont commencé, mes compétences et ma personnalité ont été attaquées. Quand ces allégations ont été démenties, de nouvelles allégations sont apparues. Je sais désormais que je ne suis pas assez fort pour les supporter.

Je sais que cette faiblesse causera du tort à ceux qui m’ont défendu, particulièrement Jon Matonis et Gavin Andresen. Je peux seulement espérer que ni leur honneur ni leur crédibilité ne seront irrémédiablement entachés par mes actions. Ils n’ont pas été trompés, mais je sais désormais que le monde ne le croira jamais désormais. Je peux seulement dire que je suis désolé.

Et au revoir. »

bitcoin-craig_wright
capture d’écran- BBC

La semaine dernière, l’Australien de 45 ans, assurait à la BBC être à l’origine de l’invention du bitcoin, preuves à l’appui : il signe notamment plusieurs messages avec des clés cryptographiques conçues aux prémices du développement du Bitcoin et portant la marque de Satoshi Nakomoto. Les experts sont formels, c’est bien lui !

Gavin Andresen, l’un des développeurs du bitcoin et scientifique de la fondation Bitcoin, rencontre l’Australien qui prouve sa capacité à utiliser la clé rattachée au compte ayant créé les premiers bitcoins, comme il s’en confie à Wired.

Toutefois, ces preuves ont été rapidement remises en cause par plusieurs chercheurs en informatique : elles ne prouveraient rien, si ce n’est qu’elles peuvent duper n’importe quel profane en cryptographie. Wright assurait fournir prochainement des preuves irréfutables attestant de son identité. Et puis, plus rien.

Le mystère reste donc entier. Une nouvelle fois.