[IA, VR] Voyages-sncf.com prépare le voyage de demain

Business

Par Elodie le

Voice commander, intelligence artificielle, réalité virtuelle et immersion, avec le smart tourisme, voyage-sncf.com tente d’imaginer le voyage de demain.

voyage-sncf-com-voyage-demain
Les nouvelles technologies imprègnent notre quotidien, les entreprises l’ont bien compris, elles s’adaptent tout autant qu’elles innovent en s’appropriant ces nouveautés pour les appliquer à leurs propres services.

Pour voyages-sncf.com cela se traduira par la possibilité offerte à ses clients de commander leurs billets grâce à une intelligence artificielle. Grâce à des hackatons organisés depuis trois ans maintenant, les développeurs et collaborateurs peuvent proposer de nouvelles solutions.

« L’interface vocale Amazon Echo a été développée dans ce cadre », explique Benoit Bouffart, directeur produits en charge de l’innovation chez Voyages-sncf.com. Cet outil fonctionne ainsi comme un assistant personnel, répondant au nom d’Alexa. Grâce à cette interface, vous pourrez commander un billet en fonction de divers critères, allant de la météo au budget alloué.

Plus Alexa interagit avec son propriétaire plus elle enrichit sa base de données et affine ses propositions.

Pour l’instant, Alexa d’Amazon Echo, qui fonctionne grâce à une connexion WiFi, n’est disponible qu’en anglais, mais devrait arriver en Europe sous peu, d’ici un an environ.

Voyage-sncf.com souhaite également proposer une expérience immersive à ses clients et teste actuellement la réalité virtuelle avec les casques Samsung Gear VR. Un outil qui s’adresse plus aux touristes qui découvriraient une ville pour la première fois qu’à des voyageurs réguliers.

Nous avons ainsi pu tester ce nouvel outil qui permet de visiter une ville via ses différents « points d’intérêts », autrement dit les lieux et monuments touristiques. En l’occurrence, c’est la ville de Lyon qui nous a été donnée de voir. À charge pour le touriste convaincu de réserver ensuite son billet (meilleurs tarifs, horaires, choix de la place dans le train, offre de services, etc.) toujours muni de son casque VR.

Ce qui n’est encore qu’un proof of concept (PoC) n’a pas vocation à être proposé au grand public. Une grande majorité de clients n’a pas encore appréhendé la réalité virtuelle et ses outils, notamment ces casques, encore réservés à un marché de niche. Mais comme l’indique Benoit Bouffart, « Ce sont les clients qui feront les usages ».