En rachetant SolarCity pour 2,6 milliards de dollars, Tesla veut démocratiser l’énergie solaire

Ville de Geeks

Par Gaël Weiss le

Comme on s’y attendait, Tesla a annoncé officiellement son intention de racheter le spécialiste de l’énergie solaire SolarCity. Un rachat qui marque une étape de plus dans le « Master Plan » d’Elon Musk.

solarcity

Tesla et SolarCity sont maintenant à deux doigts de fusionner. Tesla vient en effet d’indiquer sur son blog qu’il est parvenu à un accord avec SolarCity pour racheter l’entreprise américaine à hauteur de 2,6 milliards de dollars (environ 2,32 milliards d’euros). Si les négociations se passent bien et que le régulateur de la concurrence américain donne son accord, cette fusion pourrait aboutir d’ici deux mois. SolarCity a maintenant en effet 45 jours pour trouver un meilleur repreneur. Il y a peu de chances que l’opération échoue étant donné qu’Elon Musk, le patron de Tesla est le premier actionnaire de SolarCity.

SolarCity est beaucoup moins connu que Tesla. Et pour cause, il s’agit d’une entreprise purement américaine d’un peu plus de 9000 salariés, spécialisée dans les panneaux solaires photovoltaïques. Si j’en crois Wikipedia, elle est aujourd’hui la deuxième entreprise d’installation de panneaux solaires aux États-Unis.

Rendre les produits basés sur l’énergie renouvelable plus accessible au grand public

Pour Tesla, le rachat de SolarCity est une étape attendue et logique de son développement, qui s’inscrit dans le Master Plan d’Elon Musk. Désormais Tesla fabrique non seulement des voitures électriques peu polluantes, mais elle dispose maintenant d’un moyen de les alimenter proprement, avec de l’énergie renouvelable. A terme, le but d’Elon Musk est de permettre au plus grand public possible- et non pas à seulement une poignée d’utilisateurs fortunés – d’accéder plus facilement à des sources d’énergies renouvelables, mais aussi à des transports non polluants.

Une Tesla rechargée par un PowerWall.
Une Tesla rechargée par un PowerWall.

Le rachat de SolarCity devrait également permettre, dans un futur proche, d’alimenter les PowerWall, d’immenses batteries lithium-ion rechargeables par l’intermédiaire de panneaux solaires. En langage d’économiste, c’est ce que l’on appelle une intégration verticale : Tesla a pour but de proposer le maximum de produits d’énergie propre à ses clients.