Google Maps dans la tempête du conflit israélo-palestinien

Sur le web

Par Elodie le

Google prend-il position dans le conflit israélo-palestinien en ne mentionnant pas la Palestine sur Maps ? Oui, à en croire les accusations qui pleuvent contre le géant californien.

google_maps_tempête_israélo_palestinien

Les cartes et les frontières ont toujours été la source de conflits et à l’origine de nombreuses guerres à travers les âges.
Et Google n’échappe pas à la règle, monde virtuel ou non. Peu après l’annexion de la Crimée par la Russie, Google Maps avait inclus cette portion de territoire au sein des frontières russes, mais seulement à l’adresse Maps.google.ru, consultée par les utilisateurs russes. De la e-diplomatie de haute voltige.

Google aurait rayé la Palestine de Maps

Critiqué par les uns, salué par les autres, Google avait rétorqué faire « au mieux pour représenter les frontières disputées ».

Il est un tout autre conflit dans lequel Mountain View vient de mettre les pieds. Google est en effet accusé de prendre parti dans le conflit israélo-palestinien pour avoir rayé de la carte la Palestine, ou plus précisément pour ne pas la mentionner, ni même indiquer « territoire palestinien ».

Après vérification, aucun de ces deux termes n’est effectivement indiqué. En zoomant, seule Gaza est visible et un territoire, sans nom, est délimité en pointillé.

google_maps_palestine

Une pétition engrange 268 000 signatures pour que Google indique la Palestine

La colère gronde et une pétition, lancée il y a 5 mois, est (ré)apparue sur Change.org à la faveur de la polémique. Elle a récolté plus de 268 000 signatures.

Toutefois, comme le rappelle très justement Le Monde, Google n’a pas décidé un matin de rayer la Palestine de la carte, profitant de l’été pour noyer le poisson. Le phénomène, juste ou non, n’est pas nouveau. Google n’a jamais mentionné la Palestine sur Maps.

« Il n’y a jamais eu de mention “Palestine” sur Google Maps, cependant nous avons découvert un bug qui a fait disparaître les mentions “Cisjordanie” et “bande de Gaza” », confirme ainsi Elizabeth Davidoff, une porte-parole de Google, au site Dailydot.

Google n’a jamais fait mention de la Palestine sur son service Maps

Une nouvelle polémique qui illustre une fois de plus le poids pris par ces géants du web, dont les actions sont scrutées à la loupe.

En 2013, sur son moteur de recherche (google.ps), Google avait décidé de parler de « Palestine » et non plus de « territoires palestiniens », mais n’avait pas effectué cette mise à jour sur Maps. Elle justifiait cette décision par le vote de l’ONU reconnaissant la Palestine comme un État observateur non membre de l’ONU.

Pour choisir ces dénominations, Google indiquait se référer à « une série de sources et d’autorités. Dans ce cas, nous suivons l’ONU, la société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet, l’organisation internationale de normalisation et d’autres organisations internationales ».

À l’époque, c’étaient alors les pro-Israéliens qui ne décoléraient pas.

Source: Source