[Allo ?] Whatsapp va partager ses données avec Facebook

Business

Par Elodie le

Après la mise à jour de ses conditions d’utilisation et de sa politique de confidentialité, l’application de messagerie va partager les numéros de téléphone de ses utilisateurs avec sa maison mère Facebook. L’objectif ? Des publicités plus « pertinentes » et de meilleures suggestions d’amis pour les membres Facebook. Business is business.

whatsapp-partage-données-facebook

Lors de son rachat en 2014 par Facebook pour 19 milliards de dollars, Whatsapp promettait, la main sur le cœur (ou presque), que rien ne changerait.

« Voici ce qui va changer pour vous, les utilisateurs : rien. » Jan Koum

Echange de bon procédé entre Whatsapp et sa maison mère

Oui, mais. Ça, c’était avant. Avant que Whatsapp annonce la mise à jour de ses conditions d’utilisation et de sa politique de confidentialité. Une première depuis 4 ans. Celle-ci prévoit le partage de certaines données utilisateur avec Facebook, notamment votre numéro de téléphone. Tout ceci pour « vous offrir de meilleures suggestions d’amis et vous montrer des publicités plus pertinentes si vous avez un compte Facebook », mais également pour lutter contre les spams.

« Nous voulons explorer différentes façons qui vous permettront de communiquer avec des entreprises qui comptent pour vous aussi, tout en vous offrant une expérience dénuée de bannières de publicités de tiers et spams » indique ainsi Whatsapp.

Toutefois, la firme se veut rassurante et précise : « nous ne vendons, ne partageons ou ne donnons toujours pas votre numéro de téléphone à des publicitaires. »

Une confidentialité des communications garantie

Les utilisateurs pourraient tout de même se montrer inquiets concernant la confidentialité des messages, alors que Whatsapp a généralisé le chiffrement de bout-en-bout sur sa plateforme au printemps dernier.

Encore une fois, la firme se veut claire et précise : « Même si nous coordonnons davantage avec Facebook dans les mois qui viennent, vos messages chiffrés restent privés et personne d’autre ne peut les lire. Pas WhatsApp, pas Facebook, ni qui que ce soit d’autre ».

Quoi qu’il en soit, c’est une aubaine pour Facebook qui pourra certainement croiser ces données avec les siennes et affiner un peu plus le profil de ses membres. Si Facebook ne manque pas de ressources et tire déjà plus de 90 % de son chiffre d’affaires des revenus publicitaires, c’est un moyen de monétiser Whatsapp de façon quasi indolore pour sa communauté.

Whatsapp assure cependant qu’il est possible de refuser ce partage d’information. Mais laisse suggérer que cette option s’applique seulement aux « utilisateurs déjà existants ». Pour les nouveaux arrivants, il faudra s’en contenter.

À n’en pas douter la réaction de sa communauté sera surveillée de près.