Free est aujourd’hui le deuxième FAI de France, derrière Orange

Smartphone

Par Henri le

L’opérateur Free vient de dévoiler ses résultats trimestriels, et on peut dire qu’ils sont une nouvelle fois rassurants.

free

Les dirigeants de Free avaient de quoi être serein en présentant ce matin les résultats du premier semestre 2016. Avec 6,3 millions d’abonnés à l’offre Internet fixe, le groupe de Xavier Niel est devenu premier opérateur alternatif Haut Débit et Très Haut Débit en France. Le terme « alternatif » désignant les FAI qui sont apparus à la suite de la perte des monopoles des opérateurs historiques d’État, il s’agit surtout pour Free d’annoncer qu’il est désormais le deuxième acteur du marché, juste derrière Orange.

Des chiffres qui lui permettent de dépasser son concurrent SFR chez les fournisseurs d’accès à Internet hexagonaux puisque ce dernier (qui a fusionné avec Numericable) a annoncé disposer pour sa part de 6,23 millions d’abonnés.

L’opérateur a effectivement recruté 123 000 abonnés supplémentaires depuis le début de l’année, ce qui représente une augmentation de 3,4 % de sa base client. Il semblerait que les différentes promotions mises en place aient trouvé leur cible. On apprend également que plus de 600 000 nouvelles prises ont été raccordées au réseau FTTH, faisant monter le total à 3,1 millions au 30 juin 2016.

Free a poursuivi son dynamisme commercial, en recrutant autant d’abonnés qu’au premier semestre 2015. Ce bon niveau de recrutements intervient dans un contexte toujours fortement concurrentiel et caractérisé par une agressivité commerciale et tarifaire des concurrents, grâce notamment à des campagnes commerciales opportunistes et ciblées.

Un secteur mobile en pleine expansion

abofixt216

Mais la grande réussite qui ressort de ce bilan concerne encore et toujours le mobile. Ce segment, dont la qualité est pourtant parfois remise en question, a conquis 400 000 nouveaux clients sur le premier semestre 2016 (net de résiliation). Cela fait de lui l’opérateur qui recrute le plus de clients depuis quatre ans consécutifs. La stratégie visant à casser les prix semble avoir fonctionné puisque l’opérateur possède aujourd’hui 17,4 % du marché, ce qui équivaut à 12 millions d’abonnements mobiles actifs. Parmi eux, 4,7 millions sont des clients 4G. L’objectif initial de 15 % de part de marché quatre ans seulement après le lancement commercial a donc été largement dépassé.

Un déploiement 4G progressif

Le groupe continue d’ailleurs d’étendre son propre réseau mobile. Il a ainsi porté sa couverture 4G à 69 % de la population, notamment grâce au déploiement de plus de 900 nouveaux sites 4G et à l’aménagement d’environ 1 100 sites existants afin de bénéficier des fréquences 1 800 MHz et à l’ouverture des premiers sites en 700 MHz. La société a pour objectif d’étendre cette couverture en 4G à 75 % dès la fin de l’année 2016. Le groupe aimerait sécuriser 25 % des parts du marché mobile sur le long terme.

Des résultats logiquement très solides

Ces résultats se répercutent positivement sur les finances du groupe. Le chiffre d’affaires progresse de 6,3 % sur l’année pour atteindre 2,29 milliards d’euros. Il est gonflé par les performances dans le mobile qui représente 973 millions d’euros sur le calcul total, et marque une progression plus que significative (+10,6 % sur un an).

finances-free

Les bénéfices suivent avec un résultat net de 190,4 millions d’euros, soit 16,9 % d’augmentation par rapport à la même période l’année passée.

Vous l’aurez compris, tous les signaux sont au vert pour l’opérateur.