Russie : il risque cinq ans de prison pour avoir joué à Pokémon Go dans une église

Smartphone

Par Gaël Weiss le

La Russie, ce n’est pas seulement des memes potaches avec un dictateur chevauchant un ours ou des dash cams montrant des tanks traverser les routes de campagnes, c’est aussi un pays où la liberté est quelque chose de tout à fait relatif. Dernière preuve en date, un youtubeur risque cinq ans de prison pour s’être filmé en train de jouer à Pokémon Go dans une église.

pokemon go eglise russe

Ruslan Sokolovsky est un Youtubeur de 21 ans habitant la riante (?) ville de Iekaterinbourg (dans l’Oural, au nord du Kazakhstan si vous voulez tout savoir). Au début du mois d’août dernier, il a décidé de tourner une vidéo en caméra cachée (prank) afin de vérifier si l’on ne risquait rien à entrer dans une église pour attraper des Pokémon. Il a alors mis en ligne cette vidéo, sans grand intérêt sur le moment.

« Comment peut-on offenser quelqu’un en entrant dans une église avec un smartphone ? »

Au début de cette vidéo, Ruslan Sokolovsky précise que selon plusieurs médias russes, les joueurs surpris en train de jouer à Pokémon Go dans une église risqueraient la prison. Sa vidéo débute ainsi : « Comment peut-on offenser quelqu’un en entrant dans une église avec un smartphone ? J’ai décidé d’aller capturer des Pokémon dans une église parce que, pourquoi pas après tout. Je pense qu’on ne risque rien et que ce n’est pas interdit par la loi. Allons-y. »

pokemon go eglise russe 2

Le youtubeur ne s’en cachait d’ailleurs pas, cette vidéo était avant tout une vidéo de provocation. Selon le Guardian, il avait ainsi déjà tourné auparavant des vidéos critiquant l’Église russe. Et cette vidéo sur Pokémon Go a été rapidement relayée par les médias, avant d’arriver aux yeux des autorités. Dimanche dernier, le 4 septembre, les autorités locales ont ainsi accusé le jeune homme d’incitation à la haine et d’offense aux sensibilités religieuses. Il est actuellement détenu pour une durée de deux mois et encourt désormais jusqu’à cinq ans de prison. Il s’agit de la même accusation qui avait envoyé les Pussy Riot en prison, en 2012.

La Russie n’aime pas Pokémon Go

Ruslan Sokolovsky, qui a fait appel de la décision des autorités russe, attend désormais son procès — la date n’est pas encore déterminée — pour savoir comment va se terminer cette affaire. Une affaire assez emblématique des relations tendues entre la Russie et les États-Unis, puisque les autorités russes pensent que Pokémon Go a été développé en collaboration avec les services de renseignements américains. Le jeu n’est d’ailleurs officiellement pas disponible en Russie.

Source: Source