Angleterre : deux YouTubers qui incitaient à des paris FIFA passent devant la justice

Par Corentin le

NepentheZ, un YouTuber FIFA possédant plus de 1,3 million d'abonnés
NepentheZ, un YouTuber FIFA possédant plus de 1,3 million d’abonnés

L’Angleterre a beau être un pays réputé pour être excessivement versé dans les paris, on ne badine pas avec cette pratique. En tout cas pas sur YouTube.

La BBC rapporte que deux YouTubers vivant dans le comté d’Essex au nord-est de Londres vont passer devant la justice pour incitation au jeu d’argent. Le premier, Dulan Rigby, tenait la chaîne FUTgalaxy, maintenant fermée. Le second se nomme Craig Douglas (NepentheZ), il est un YouTuber FIFA prolifique avec ses 1,3 million d’abonnés sur sa chaîne.

Les deux hommes sont accusés de « promotion d’une loterie et publicité pour jeux d’argent illicites », ainsi que d’une charge « d’incitation au jeu d’argent envers les mineurs » pour Douglas. Ils sont mis en examen en vertu de la loi de 2005 sur les paris. La charge est menée par la Commission des paris qui s’intéresse depuis l’année dernière aux paris en ligne et plus particulièrement aux paris liés aux jeux vidéo.

Les deux hommes se sont présentés devant la justice, mais leur procès a été ajourné au 14 octobre.

fifa-fut

Des jeux vidéo qui ressemblent de plus en plus à de petits casinos

Ce n’est pas la première fois qu’une affaire de paris douteux sort du bois. On vous parlait au début de l’été de la manière dont des YouTubers incitaient leur public à participer à des sites de paris en ligne qu’ils possédaient eux-mêmes et où il était possible de mettre en jeu des skins d’armes Counter Strike: Global Offensive. Ces skins s’obtiennent via l’achat de « booster » (paquet virtuel scellé dont on ne peut pas connaître le contenu à l’avance) et certains exemplaires peuvent coûter plusieurs centaines d’euros. En achetant des skins onéreux sur des sites spécialisés, en les mettant en jeu sur des sites de paris de skins, puis en revendant les gains obtenus, le principe s’apparente donc à du jeu d’argent avec une étape en plus.

Grâce à cette méthode, de nombreux jeux peuvent devenir un intermédiaire servant à masquer des paris en ligne illégaux. Dans le cadre de FIFA, il s’agit du mode FUT (FIFA Ultimate Team) qui est concerné. Les joueurs peuvent se procurer des boosters contenant des joueurs plus où moins rares et aux statistiques plus ou moins avantageuses. Il est ensuite possible de vendre ces cartes contre différentes monnaies virtuelles. Et s’il est impossible de vendre les cartes à des connaissances, les joueurs rusent en plaçant les cartes qu’ils souhaitent vendre à un prix tellement haut qu’ils savent que personne hormis leur client ne va la prendre. Le client va ensuite lui vendre la carte d’un autre joueur commun à un prix qui lui permettra de lui rendre la différence.

Peu de temps après l’affaire CG:GO, un avocat américain expliquait que la responsabilité de cette situation incombait à Valve qui profitait allègrement de la situation. Si ces paris continuent de la sorte, peut-être que d’autres avocats se tourneront à leur tour vers EA pour qu’ils encadrent mieux les pratiques autour de FIFA, dont le mode FUT leur rapporte de l’argent à chaque booster acheté.

stopwatch 3 min.