L’agence spatiale Européenne entame la descente de la sonde ExoMars vers… Mars

Espace

Par Pierre le

Il n’y a pas que la NASA qui envoie des trucs sur Mars. La sonde ExoMars en est la preuve. En effet, le lanceur d’ExoMars conçu par l’agence spatiale Européenne (ESA) a entamé sa descente vers la Planète rouge. Atterrissage prévu mercredi après-midi.

exomars_2016_approaching_mars_node_full_image_2

Une longue mission l’attend

La sonde ExoMars, lancée il y a sept mois, est arrivée en orbite autour de Mars. Elle a pu ainsi se détacher de son atterrisseur, nommé Schiaparelli en référence à l’un des cratères emblématiques de la planète.

Une descente qui se fera en douceur, puisqu’elle doit durer trois jours. Ensuite, le module disposera de neuf jours pour travailler avant que ses batteries ne se vident. L’ESA a conçu le module comme une préparation à des futures missions et sa durée de vie sera très courte, au contraire des rovers américains comme Opportunity ou Curiosity, qui se rechargent grâce aux panneaux solaires.

Néanmoins, la sonde qui restera en orbite autour de Mars, devrait travailler plusieurs années pour analyser l’atmosphère.

L’ESA s’est faite une frayeur

L’opération de l’ESA se déroule bien pour le moment. Néanmoins, les scientifiques de l’agence ont eu une grosse frayeur. Lorsque l’atterrisseur s’est détaché de la sonde, cette dernière n’a plus donné de signes de vie pendant une heure. Mais l’ESA a finalement réussi à rétablir le contact et à la diriger, sans quoi elle se serait écrasée sur la planète.

ExoMars est une mission à enjeux pour l’ESA. En plus de préparer une autre mission fixée à 2020, sa réussite serait synonyme de premier engin posé par l’Europe sur la Planète rouge. En 2003, une première sonde y avait été envoyée (Beagle 2), mais elle n’a jamais fonctionné. Il a été établit plus tard que ses panneaux solaires ne se sont jamais ouverts.

Source: Source