Avec le HEETing, Philip Morris veut presque vous faire arrêter de fumer

Business

Par Henri le

Le marché du tabac est en crise, alors les grands acteurs de l’industrie s’organisent pour trouver des alternatives. Le géant Philip Morris, par exemple, va tenter de diversifier son activité.

philip-morris

Crise peut-être, mais ça n’a quand même pas empêché Philip Morris International (qui compte dans ses rangs Marlboro, Chesterfield…) de vendre 850 milliards de cigarettes l’année dernière et de faire un chiffre d’affaires de 74 milliards de dollars au passage. Pourtant, le second plus gros vendeur de cigarettes au monde doit quand même envisager un futur sans-tabac, et proposer des innovations pour maintenir un leadership. C’est dans cette optique que l’américain a engagé un budget colossal pour créer l’IQOS, un produit qui diffère des dizaines d’autres marques d’e-cigarette.

cigarette-electronique-contre-tabac-avec-www-pausevapeur-com_

Ni fumer, ni “vaper”

Deja présent dans différents pays européens et asiatiques, ce système entend bien concurrencer les vapoteuses dans un marché déjà ultra concurrentiel. Ici, pas de liquide à mettre dans un réservoir puisque le tube, qui conserve la forme d’un cigarillo chauffe le tabac, sans pour autant le brûler.

Philip Morris

Ce phénomène, que l’entreprise nomme « HEETing » produirait un souffle de nicotine plus agréable que la cigarette électronique, tout en étant moins nocif que la fumée normale. Cet aérosol à la nicotine n’est donc pas à proprement parler du vaping. Elle reste nocive, mais beaucoup moins qu’une cigarette traditionnelle.

Multiplier les alternatives

La firme devrait également présenter STEEM, qui ressemble plus à un appareil médical. En effet, il s’agira là d’inhaler une sorte de sel de nicotine. Si ces produits sont nettement moins nocifs pour la santé, il ne faut pas non plus accorder des intentions louables aux fabricants de tabac, qui veulent juste être présents quand le vent (ou la fumée) tournera.

04-730-400_730x400_b2b

Rien qu’à elle seule, la firme Philip Morris International aurait dépensé 3 milliards de dollars dans ces moyens de fumer « alternatifs ». Il ne fait aucun doute qu’elle voudra les récupérer un jour.