Pour le PDG de Netflix, l’avenir du divertissement pourrait être la drogue

Cinéma

Par Jules le

À l’occasion d’une interview, le PDG de Netflix s’est penché sur l’avenir du divertissement. Et dans quarante ans, le cinéma et les séries tv pourraient laisser leur place à des distractions plus « pharmaceutiques ».

red-pill-blue-pill-matrix

Interrogé sur l’avenir du divertissement par le WSJD Live, Reed Hastings, fondateur et actuel PDG de Netflix, estime que les films et séries « deviendront comme l’opéra et le roman », c’est-à-dire de plus en plus marginalisés par la population, qui leur préférera de nouveaux « substituts » plus dans l’ère du temps.

Take the blue pill

Et parmi ces « alternatives », Reed Hastings envisage que certaines soient « pharmaceutiques ». « Dans vingt ou cinquante ans, prendre une pilule bleue personnalisée vous permettra d’halluciner de manière divertissante, puis prendre une pilule blanche pour retourner dans la réalité sera une pratique courante », s’amuse Reed Hastings. Mais le PDG de Netflix tempère ses propos en précisant que « si dans une quarantaine d’années, la principale source de divertissement de l’humanité est pharmaceutique, alors on aura de vrais problèmes ». Il est vrai que personne ne veut d’un futur à la Matrix ou à la We Happy Few.

Source: Source