Shadow : Un PC gamer prometteur et entièrement dans le cloud

Ordinateurs

Par Henri le

Malgré quelques tentatives de certains acteurs de l’industrie, le cloud gaming n’a jamais vraiment eu le vent en poupe. La start-up française Blade aimerait faire bouger les choses.

30497919716_57d3cc7076_z

Lorsque Nvidia s’est attaqué au cloud gaming avec GRID, on pensait que ce dernier avait le soutien nécessaire pour décoller. Mais l’expérience globale n’a pas su convaincre une majorité de gamers, souvent très attachés à leur matériel.

• Sur le sujet : On a testé Shadow, un ordinateur dans le cloud pour remplacer sa tour de jeu

Forcément, lorsque la start-up française Blade s’est présentée avec une solution annoncée plus fiable (bien que foncièrement différente) que celle de l’Américain, cela a attisé notre curiosité. Nous avons d’ailleurs déjà pu rencontrer une partie de l’équipe de cette jeune entreprise, qui a néanmoins réussi à lever 10 millions d’euros supplémentaires pour son ambitieux projet.

shadow2

Un principe simple

Mais Shadow, qu’est-ce que c’est ? Comme nous vous l’avions déjà expliqué, il s’agit ici de disposer de l’équivalent d’un PC très puissant, complètement basé dans le cloud. Cette configuration virtuelle, entièrement intégrée dans un des Data Center français (à Marcoussis) de Blade, permet de jouer, mais également d’installer n’importe quel logiciel dont vous avez besoin pour travailler ou vous divertir. Le tout pour un tarif compétitif, qui vous est demandé chaque mois.

Un choix qui comporte certains avantages. En plus d’un gain d’espace important, Blade promet de faire constamment évoluer le hardware de ses machines afin que les joueurs puissent toujours profiter de leurs jeux dans des conditions graphiques optimales. Et cela, sans surcoût.

Ajoutons à cela que le boitier fourni, qui sert simplement à décoder les données envoyées par les vrais ordinateurs depuis le data center, ne consomme que très peu d’énergie. Un point qui peut paraître anodin, mais sachez qu’un ordinateur gamer peut coûter jusqu’à une centaine d’euros en électricité chaque année. Face aux 15 watts du Shadow, l’argument prend plus de sens.

Un design intéressant

Cette seconde visite fut l’occasion de découvrir le boitier en question, et il nous a plutôt convaincu. Son design est inspiré et son encombrement réduit. Vu le peu de hardware embarqué, il s’annonce particulièrement silencieux. On y retrouve 4 ports USB (2 x USB 3.0), une entrée et sortie audio, un port Ethernet Gbit, une puce Wi-Fi et deux sorties Display Port compatible pour les écrans allant de Full HD (144 Hz) à 4K (60 Hz).

shadow

Blade a livré la configuration standard proposée, et elle est vraiment puissante. Les abonnés profiteront d’un processeur Intel Xeon (6 threads) cadencé à 2,2 GHz, une GeForce GTX 1070 fournie par Asus, 12 Go de RAM en DDR4 et 256 Go de SSD. L’ensemble sera fourni avec une licence Windows 10. Vous l’aurez compris, une telle configuration coûte aujourd’hui facilement plus de 1000 euros. Il est possible d’opter pour une GTX 1080 ou un plus gros disque dur en option (payant). Mais si Nvidia décide de sortir une GTX 1170, vous pourrez en profiter directement et gratuitement.

La fibre d’abord

La latence du réseau avec un câblage fibre devrait se situer entre 3 et 10 ms. Il faudra pour cela disposer de la fibre FTTH (proposée par Orange et Free) ou de la coaxiale (SFR), mais la start-up aimerait aussi en faire profiter les clients ADSL. La bande passante nécessaire pour le Full HD à 60 FPS est de seulement 5 Mb/s (15 à 20 Mb/s pour la 4K à 60 FPS). Il faudra voir cela en action chez quelqu’un qui n’a pas la fibre, même si ce ne sont pas les premiers clients visés.

Nous avons pu tester The Witcher 3 en 2K ainsi que Street Fighter et Overwatch et force est de constater que cela fonctionne très bien. Le Shadow est d’ailleurs développé en étroite collaboration avec Luffy, champion du monde de Ultra Street Fighter IV à l’EVO 2014. Et cet adepte du « frame près » semblait convaincu de l’efficacité du produit.

img_20161020_113012

Des tarifs honnêtes

La société a également dévoilé les prix du service. Trois offres sont disponibles : ma première, sans engagement, coûtera 44,95 €/mois. La seconde, pour 3 mois fait descendre la note à 34,95 €. L’engagement à l’année ne vous coûtera que 29,95 € mensuels. Une fois votre abonnement terminé, il vous faudra évidemment renvoyer le Shadow (la réception ne coûte rien).

Les précommandes seront possibles à partir du 27 octobre prochain lors de la Paris Games Week, dès 20h30. Les 500 premiers boîtiers devraient être livrés à Noel et une seconde salve de 3000 machines est en préparation pour le mois de mars 2017. Un produit qu’il faudra définitivement suivre attentivement.