La Chine met fin à l’anonymat sur Internet via une loi controversée

Sur le web

Par Pierre le

C’est une nouvelle loi qui inquiète les sociétés internationales en Chine ainsi que les Internautes. Une loi controversée qui a été votée hier lundi 7 novembre et qui entrera en vigueur en juin 2017.

screenshot-1

Fin de l’anonymat

Adoptée par l’assemblée nationale populaire chinoise, cette loi contient plusieurs mesures visant à réduire drastiquement la liberté des internautes sur le net. Tout d’abord, l’anonymat ne sera plus autorisé, les utilisateurs chinois auront donc l’obligation de s’identifier. Fini donc les Kevin93deShanghai ou RoxxorDeChengdu.

Les sites sur lesquels les internautes s’expriment auront également la responsabilité de supprimer les contenus indésirables. La loi interdit aux utilisateurs de porter atteinte à l’honneur du pays (= critiquer le pays ou son régime), de troubler l’ordre économique et social ou de poster des contenus visant à renverser le régime en place.

Une loi qui, dans les faits, est déjà appliquée par le gouvernement. Mais avec le vote d’hier, elle obtient un cadre légal et apporte de la légitimité à la censure appliquée par le régime. Un texte qui concerne plus de 700 millions d’internautes.

Les entreprises étrangères concernées

Les entreprises, chinoises ou étrangères, seront également soumises à de nouvelles règles. Ainsi, l’identification des internautes sera sous leur responsabilité. De même, toutes leurs données devront être stockées sur le territoire. Des données qui pourront être vérifiées par les autorités.

Weibo
Weibo

De plus, les sociétés devront collaborer avec les autorités en leur fournissant un soutien technique en cas d’enquête concernant les données utilisateurs. Une loi très controversée par les sociétés étrangères qui voient dans ce texte une nouvelle manière de les surveiller. La Chine n’a jamais été connue pour laisser une grande liberté aux Internautes sur le web. La Grande Muraille numérique de Chine influe depuis des années sur le net du pays, bloquant par exemple l’accès aux réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter. Dans ce domaine, la Chine dispose de son propre réseau : Weibo, sur lequel le gouvernement garde un œil attentif.

Source: Source