Seule la moitié des appareils mobiles dans le monde est protégée des cybercriminels

Sur le web

Par Gregori Pujol le

La dernière étude en date de Kaspersky Lab révèle que la moitié des appareils mobiles à travers le monde sont exposés à la cybercriminalité et autres menaces, faute d’une protection suffisante. Cette enquête illustre une méconnaissance de la façon de protéger efficacement les mobiles.

image004

Les utilisateurs méconnaissent les menaces sur smartphones

Lancée par Europol dans le cadre du Mois européen de la cybersécurité, cette étude vient soutenir la campagne de sensibilisation des malwares sur smartphones. Elle a été réalisée par Kaspersky Lab en vue de mieux comprendre les connaissances des utilisateurs au sujet des cybermenaces et sur la façon de s’en protéger.

Après avoir interrogé 12 000 personnes dans 21 pays, Kaspersky a constaté que : seules 57 % des tablettes sont dotées d’une solution de sécurité, pour seulement 53 % des smartphones.
Les utilisateurs ont tendance à protéger leurs ordinateurs (88 %) davantage que leurs mobiles, une erreur de jugement de leur part compte tenu de la quantité d’informations importantes et personnelles que renferment aujourd’hui ces derniers.

L’étude indique que les utilisateurs n’ont pas conscience de la nécessité de protéger leurs appareils mobiles avec une solution de sécurité : Tandis que 54 % ne doutent pas que leurs ordinateurs de bureau ou portables aient besoin d’un logiciel de sécurité informatique, seuls 42 % pensent de même pour les smartphones et tablettes. En fait, une proportion inquiétante d’un utilisateur sur cinq (21 %) n’est même pas vraiment au courant de l’existence de malwares mobiles.

Les utilisateurs utilisent massivement le mot de passe comme unique protection

Certains utilisateurs – mais encore trop peu nombreux – tentent bien de protéger leurs appareils mobiles. Cependant, ils se contentent dans une large mesure d’un mot de passe (81 % sur leur ordinateur et 82 % sur leur smartphone). Cette situation est préoccupante car, si un mot de passe peut protéger l’appareil d’un accès physique par un intrus, il ne protège en rien contre un malware, une fraude ou une attaque de spear-phishing, susceptible de frapper à l’insu de son propriétaire. Seuls 41 % des consommateurs protègent leur mobile à la fois avec un mot de passe et une solution de sécurité, c’est-à-dire que plus de la moitié des appareils mobiles à travers le monde restent vulnérables.

Ces résultats sont inquiétants étant donné la prolifération des dangers qui menacent les appareils mobiles et leurs utilisateurs. Bon nombre de ces menaces sont simplement la conséquence des activités des utilisateurs en ligne et du fait qu’ils stockent et partagent des données quotidiennement sur leur mobile. L’étude révèle que, parmi ceux ayant été confrontés à des cybermenaces, 18 % ont vu leur smartphone Android infecté et 22 % se sont fait pirater des données sur celui-ci.

Le malware mobile est cette année le thème de la campagne d’Europol dans le cadre du Mois de la cybersécurité, la campagne annuelle organisée par l’Union Européenne dans le but de sensibiliser aux cybermenaces, de promouvoir la cybersécurité auprès des citoyens et de diffuser des informations à jour dans ce domaine, par des formations et la communication de bonnes pratiques.