Apple continuerait bel et bien de plancher sur les voitures autonomes

Automobile

Par Jules le

En adressant une lettre à l'Agence nationale de la sécurité routière américaine, la marque à la pomme laisse entendre qu'elle poursuivrait le travail sur la technologie des voitures autonomes.

apple-car-3-1200x630-c

Si le projet Titan d’Apple est un secret de polichinelle depuis quelques années, la firme de Cupertino se garde bien de communiquer sur l’avancement de ses recherches en matière de voitures autonomes. Nombreux pensent que le programme est laissé à l’abandon, d’autant que plus de 1 000 employés assignés au projet ont été réassignés ailleurs ou tout simplement licenciés à la fin de l’été dernier.

Tout va bien, ne t’en fais pas

Et pourtant, le projet Titan n’a pas été mis au placard. Mieux, Apple fait savoir, à demi-mot, que les recherches sont plus actives que jamais. Dans une lettre adressée à la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA, l’Agence nationale de la sécurité routière américaine), l’entreprise annonce qu’elle «investit énormément dans l’étude de l’apprentissage des machines et de leur automatisation, et est enthousiasmée par le potentiel des logiciels autonomes dans de nombreux secteurs, notamment celui du transport».

   Apple’s Comments on the Federal Automated Vehicles Policy by ahawkins8223 on Scribd


Cependant, cette lettre n’indique pas si Apple a abandonné la construction de ses propres véhicules électriques pour se concentrer sur le développement de logiciel de conduite autonome. Cet éventuel revirement stratégique, qui faisait déjà parler de lui en septembre dernier, serait la volonté de Bob Mansfield, le nouveau superviseur du projet Titan suite au récent départ de Steven Zadesky.

Une politique de sécurité routière encore à l’étude

Cette lettre est la réponse officielle d’Apple aux directives concernant les voitures autonomes, mises en place par la NHTSA en septembre dernier. L’organisme fédéral espère une véritable transparence vis-à-vis des rapports d’accidents, des données enregistrées par les véhicules et des spécifications de sécurités, de la part des sociétés s’intéressant aux domaines des véhicules autonomes, tels que Google, Tesla, Ford, Uber, Volvo ou Lyft.

Apple-sign-logo110712125041

Alors qu’un lobby représentant ces derniers milite contre la nouvelle politique du gouvernement américain, Apple ne voit aucun problème à partager les informations collectées. «Apple accepte le fait que les entreprises doivent partager les données relatives aux scénarios dangereux et aux accidents», indique la firme dans sa lettre. «En partageant ces informations, l’industrie construira une base de données plus complète que n’importe quelle base établie par une entreprise seule». Cependant, Apple préfère que le marché des voitures autonomes soit régulé par des directives établies sur la base du volontariat plutôt que par des lois concrètes.

Source: Source