Du WiFi dans les TGV dès le 15 décembre prochain

Smartphone

Par Gaël Weiss le

C’est une belle surprise que nous a réservée la SNCF en cette période de fin d’année. Dès le 15 décembre il sera possible de bénéficier d’une connexion WiFi gratuite sur la ligne Paris-Lyon. Les autres lignes de TGV y auront droit dans le courant de l’année prochaine.

Crédit image : Wikipedia
Crédit image : Wikipedia

Dès le 15 décembre, ou dès jeudi prochain, les voyageurs des 19 rames de TGV de la ligne Paris-Lyon pourront accéder à un nouveau service de la SNCF : TGV Connect. Un service qui permet ni plus ni moins de se connecter à une borne WiFi et de bénéficier d’une connexion à Internet gratuite.

« 80 % des voyageurs TGV pourront profiter de TGV Connect fin 2017 »

Dans son communiqué de presse, la SNCF s’empresse de préciser que d’autres lignes suivront dans le courant de l’année prochaine. Les lignes en direction de Bordeaux, Lille, Strasbourg, Rennes ou Marseille devraient y avoir droit dans le courant de l’année prochaine. Dans son communiqué de presse, la SNCF promet ainsi que « 80 % des voyageurs TGV pourront profiter de TGV Connect fin 2017 » et qu’ « à terme, 300 rames seront équipées d’un système permettant de capter les réseaux opérateurs pour proposer un service internet ».

carte-couverture-tgv-connect-sncf-2017

Car pour connecter ses TGV à Internet, la SNCF s’appuie bien sur les réseaux 4G des opérateurs. Dans le cas de la ligne Paris-Lyon, elle explique ainsi s’être appuyée sur le réseau d’Orange pour connecter les voyageurs. Orange a ainsi eu besoin de « 124 km de fibre optique à déployer dans les rames, 18 000 antennes à installer dans l’ensemble des voitures, 600 serveurs et 2 700 commutateurs ».

Mise à jour : Contrairement à ce que sous-entendait le communiqué de presse de la SNCF, ce n’est pas Orange qui a déployé les 124 km de fibre optique et les 18 000 antennes dans les rames de TGV, mais deux entreprises françaises : le groupement 21net et ENGIE Ineo. Le communiqué de presse explique « La solution embarquée repose sur une plate-forme flexible et ouverte permettant d’accueillir contenus et services complémentaires, et offre un WiFi haut-débit à bord en se reposant dynamiquement sur les réseaux cellulaires 3G et 4G disponibles. 21net fournit la conception complète de la solution, les composants logiciels et matériels ainsi que la supervision des systèmes de bout-en-bout. ENGIE Ineo prend la responsabilité de la direction de projet, de l’industrialisation, l’installation de la solution, la supervision et la télémaintenance des systèmes. ».

La SNCF promet ainsi un débit meilleur que ce que peuvent réceptionner les smartphones durant le voyage et surtout capable de supporter les connexions d’un millier de voyageur. Les rames seront ainsi bardées d’antennes pour capter la 4G et un routeur sera présent dans chaque rame pour assurer une bonne connexion pour chacun.

Un plafond de data à ne pas dépasser

Si les ces partenaires promettent donc de bons débits — sans que l’on sache exactement leur capacité — la data sera toutefois plafonnée. FrAndroid affirme ainsi que les voyageurs de seconde classe auront droit entre 200 et 500 Mo de data tandis que les voyageurs de première classe auront droit à 1 Go de data. Ces derniers seront également les seuls à avoir le droit de regarder des vidéos en streaming. Ne comptez pas sur cette connexion pour regarder Netflix (de toute façon vous pouvez télécharger des épisodes sur votre téléphone maintenant), mais plutôt pour consulter ses emails ou les réseaux sociaux.

tgv-connect

badge-tgv-connect

Dernier point important : ce WiFi sera gratuit. Pour s’y connecter, il faudra se connecter au réseau _TGV_CONNECT, puis entrer son numéro de billet de train. Le portail pourra alors afficher une carte des zones couvertes et non couvertes (les tunnels, par exemple), mais aussi donner des « badges », des « achievements » aux voyageurs. On ne sait pas encore si de la publicité sera affichée ni comment la SNCF compte rentabiliser les 100 millions d’investissements consentis par Guillaume Pepy.

Source: Source