Cette tablette Nord-Coréenne est parfaite pour espionner les citoyens

Tablettes

Par Pierre le

Il existe des tablettes en Corée du Nord. Le pays dispose d’un (très) petit marché, mais d’un marché tout de même. Et la dernière tablette en date est l’outil parfait pour permettre au régime d’espionner ses citoyens.

CR : Joseph Cox/Motherboard
CR : Joseph Cox/Motherboard

Une tablette de conception chinoise

C’est lors du Chaos Communication Congress organisé à Hambourg que la tablette a été repérée par Motherboard. Nous avons ici une tablette nommée Woolim conçue par le constructeur chinois Hoozo, aux caractéristiques techniques inconnues, mais sans doute limitées. Une chose est certaine, elle ne dispose ni du WiFi ni du Bluetooth.

Son OS est inconnu, mais semble être une version lourdement modifiée d’Android. Modifiée pour espionner les utilisateurs et contrôler leurs actions, bien entendu.

Souriez, vous êtes espionnés

Tout d’abord, la tablette ne peut se connecter au web (enfin, à notre web), afin de logiquement empêcher les utilisateurs d’aller sur des sites étrangers. Elle semble uniquement capable de se connecter au réseau mobile nord-coréen et d’aller sur l’internet (l’intranet ?) local. De même, il est impossible d’ouvrir une application qui n’est pas installée par défaut sur le terminal, ou d’ouvrir un simple fichier.

Mais alors, que faire sur cette tablette ? Tout simplement regarder les informations contrôlées par le régime, regarder la télévision nationale ou jouer à des jeux installés par les concepteurs.

CR : Joseph Cox/Motherboard
CR : Joseph Cox/Motherboard

Pour surveiller les utilisateurs, la Woolim dispose d’un outil diabolique : le screenshot. A chaque fois que l’utilisateur ouvre une application, le terminal prend un screenshot de l’écran. Impossible de le supprimer, ou même de le voir, mais il est bien présent dans la tablette. Le but ? Permettre aux autorités du pays de surveiller l’activité des utilisateurs et de scruter les données d’un citoyen suspecté de ne pas suivre à la lettre les ordres du régime.

Notons que cette tablette, qui doit coûter aux alentours de 200 €, n’est destinée qu’aux citoyens les plus aisés du pays. Cette pièce de collection est naturellement quasiment impossible à faire importer.

Source: Source