[CES 2017] Ce téléscope en réalité augmenté va vous faire (re)découvrir l’espace

Evénement

Par Jules le

Non content de renforcer la luminosité de l’espace, le télescope en réalité augmentée Unistellar, fruit de l’imagination d’un trio de Français, identifie également les corps célestes observés.

unistellar

Vous êtes un amateur d’astronomie heureux. Pour Noël, vous avez reçu un télescope flambant neuf. Vous rêvez déjà des nombreuses étoiles et galaxies que vous allez observer. Les superbes images vues sur le site de la NASA défilent dans votre tête pendant que vous installez votre télescope à la fenêtre de votre chambre. Sauf que voilà, une fois votre oeil sur l’oculaire, vous ne distinguez quasiment rien. C’est à peine si vous apercevez trois étoiles qui se battent en duels. Déçu, vous remisez votre télescope au placard et décidez d’abandonner l’astronomie. Eh bien ce trio de Français a pensé à vous.

Des étoiles dans les yeux

La start-up Unistellar a ainsi profité du CES 2017 de Las Vegas pour présenter un télescope éponyme qui a pour but de rendre l’astronomie plus accessible. Comment ? En s’appuyant sur la réalité augmentée. «L’observation à travers un télescope conventionnel est souvent décevante pour les publics non initiés», explique Arnaud Malvache, l’un des fondateurs du projet, au site Sciences et Avenir. «La luminosité des objets [célestes, ndlr] est souvent très faible». Pour pallier ce problème, l’Unistellar augmente simplement la luminosité des scènes observées.

«Mais comment, diable, cette sorcellerie est-elle possible ?», nous direz-vous. Une série de capteurs optiques couplés à des algorithmes de traitements d’image permettent d’obtenir une image plus lumineuse et contrastée.

Toujours plus d’informations

Mais ce n’est pas tout, puisque l’Unistellar jouit d’une bibliothèque d’informations spatiales, afin d’identifier les étoiles, planètes ou galaxies dans notre champ de vision. Le télescope affichera ces données en temps réel sur l’image. Selon ses créateurs, l’Unistellar pourra être connecté à Internet. Le but est d’aider «au progrès de la science» en partageant par exemple, ses observations des mouvements d’astéroïdes.

Encore au stade de prototype, les Français d’Unistellar comptent sur le CES 2017 pour dénicher un investisseur. En cas de financement, Arnaud Malvache espère un déploiement des premiers télescopes à la fin de l’année.