[Bande dessinée] On a lu le premier tome de la série de science-fiction Olympus Mons

bande dessinée

Par Fabio le

Sommes-nous seuls dans l’univers ? Comment réagirions-nous si l’on découvrait des signes qui nous poussent à penser que non ? C’est autour de ces questions maintes fois posées mais éternellement d’actualité que s’articule ce premier tome d’Olympus Mons.

Olympus Mons - REPRE.indd

C’est une collaboration franco-italienne qui a accouché du projet puisque Christophe Bec (Promethée) est au scénario alors que c’est l’italien Stefano Raffaele (Fragile) qui a eu pour mission de mettre l’univers en forme. Un univers bardé de secrets d’ailleurs inspiré de faits réels : les « anomalies de la mer Baltique.

Raconté sur plusieurs plans chronologiques et géographiques (en 1492 du côté de San Salvador ou en 2026 sur Mars mais aussi à divers endroits sur la Terre), ce premier tome met en scène plusieurs escouades de chercheurs mis devant une énigmatique découverte. Dans le même état que le lecteur, circonspect, chaque équipée va alors tenter de comprendre et de pénétrer la nature de ces artefacts aux propriétés étranges.

Une introduction prometteuse

Anomalie Un a tout du premier tome d’une longue série (pour l’heure, on sait simplement qu’un second tome est daté à septembre prochain) : c’est un album qui présente les personnages, soulève des questions et lance des pistes, sans donner beaucoup de réponses. Heureusement, il est assez fourni en dialogues pour éviter la sensation de frustration qui peut découler de sa lecture. Le découpage de l’histoire sur plusieurs plans, avec tout ce que cela implique aussi au niveau des couleurs et des environnements, variés, dynamise l’album à merveilles. Une introduction prometteuse donc, qui appelle à la lecture attendue de sa suite.

Olympus Mons 01 – Anomalie Un
Sortie le 25 janvier, aux éditions Soleil
, 15 euros environ.

[Sélection] Nos 5 bandes dessinées science-fiction à (s’)offrir pour noël