Cette théorie sur l’univers de Cars est aussi dérangée qu’affreuse

Cinéma

Par M. Excuisite le

Dans le genre “gratinée”, la nouvelle théorie émise par le journaliste Jason Torchinsky sur l’univers de Cars se pose là.

Cars-theory-3

A-t-on encore besoin de vous présenter Cars, l’un des cartons du studio Pixar ? Ce long-métrage sorti en 2006 a rapporté 462 millions de dollars au box-office et a été récompensé la même année par le Golden Globe du Meilleur film d’animation. Une suite a vu le jour en 2011, et le troisième opus de la saga est prévu pour le 16 juin prochain. Tout ça pour dire que la saga Cars s’est constituée une fan-base solide. Et comme pour tout film Pixar, elle a engendré également son lot de théories. La dernière en date a été émise par Jason Torchinsky, journaliste pour le site Jalopnik. Et autant vous prévenir tout de suite, elle est… “particulière”.

Des indices sur la présence humaine

Comme nous le rappelle Jason Torchinsky, l’intrigue de Cars prend place dans un univers similaire au nôtre, sauf qu’il n’y a ni humain, ni animaux. Pourtant, une myriade de détails suggèrent que l’univers de Cars serait en fait le nôtre, des décennies dans le futur.

L’indice le plus flagrant étant la composition même des voitures. En effet, les véhicules possèdent des rétroviseurs, des portières, des vitres ainsi que des poignées, autant d’accessoires conçus par et pour l’Homme.

Cars-Theory-2

De plus, pour communiquer, les voitures utilisent nos langues (principalement l’anglais, mais aussi le japonais ou l’italien), ainsi que nos alphabets, en lieu et place d’un système de glyphes à base de traces de pneu. Enfin, on retrouve des pays comme l’Espagne, le Japon ou les États-Unis, chacun avec leurs traditions et cultures, preuve évidente du passage de l’humanité.

Homunculus Theory

«Mais alors, nous direz-vous, qu’est-il advenu de l’Homme ?» Eh bien, et c’est là où la théorie devient “intéressante “, les humains sont les voitures. Ou plutôt, ils sont enfermés à l’intérieur pour leur propre survie. Ainsi, Jason Torchinsky explique qu’à notre époque, les voitures autonomes se sont tellement multipliées, qu’elles sont devenues la norme. Les conducteurs “à l’ancienne” ont été mis au ban de la société, et ont créé des communautés indépendantes où il était possible de conduire librement.

Quelques années plus tard, une maladie se serait répandue sur Terre, éradiquant pratiquement toute forme de vie humaine et animale (que les jardiniers amateurs qui nous lisent se rassurent, les géraniums se portent bien dans le monde de Cars). Seules les communautés de conducteurs “classiques” ont survécu, ces dernières étant fortement éloignées des grosses zones peuplées.

Seulement, les rares survivants ne peuvent plus évoluer à l’air libre. Étant des fous du volant, ils conçoivent une interface cybernétique entre l’homme et la voiture, afin de s’y enfermer à l’intérieur. Mais plutôt qu’un long discours, voici un schéma explicatif.

Crédits : Jalopnik
Crédits : Jalopnik

Pour ce qui est de la multiplication des véhicules ainsi que leur reproduction, Jason Torchinsky raconte qu’une industrie automobile entièrement autonome est mise en place, et que les bébés humains sont élevés dans des cuves avant d’être intégrés dans les voitures (coucou Le Meilleur des Mondes).

Voilà pourquoi les voitures de Cars rappellent les humains : elles sont en réalité leur forme évoluée. Et pour tous ceux qui s’interrogent sur les “yeux pare-brise”, le brave Jason explique qu’il s’agit tout simplement de la distorsion de la lentille qui donne cette impression d’être face à d’énormes yeux. Vous ne verrez plus Cars de la même manière, soyez-en certain.

Source: Source