5 questions sur The Division, à l’occasion de son premier anniversaire

Jeux Vidéo

Par Pierre le

En mars 2016, Ubisoft sortait le très attendu The Division. Se déroulant dans un New York ravagé par un virus mortel, le jeu nous met aux commandes d’un agent spécial chargé de débarrasser Manhattan des hors-la-loi qui en ont pris le contrôle. Monde ouvert semi-MMO, le jeu développé par Massive Entertainment voulait, à sa sortie, s’inscrire dans la durée dans un paysage vidéoludique où la durée de vie des jeux en ligne ne dépasse rarement les quelques mois. Un an après la sortie de The Division, Massive a-t-il réussi son pari ?

1 – Où en est le jeu aujourd’hui ?

The Division est sorti en mars 2016 et peinait, à l’époque, à proposer du contenu d’envergure aux joueurs de haut-niveau. Néanmoins, les développeurs ont, semble-t-il, tout fait pour corriger le tir au fil des mois. En un an, The Division a accueilli bon nombre de mises à jour ainsi que trois DLC payants (Souterrain, Survie et Baroud d’Honneur). Trois DLC qui ont étendu la durée de vie du jeu en ne proposant pas seulement de nouvelles aventures, mais également de nouvelles mécaniques de gameplay qui ont profondément modifié l’expérience de jeu. Que ce soit au niveau du PVP ou du PVE, le contenu se montre désormais étoffé afin de convaincre les joueurs à continuer d’arpenter les rues froides de New York.

Souterrain est certainement l’extension la moins réussie

Le premier DLC (et aussi le moins apprécié), Souterrain, propose aux joueurs d’arpenter les souterrains de la Grosse Pomme dans des niveaux générés aléatoirement. Le deuxième, Survie, permet aux agents de se confronter aux conditions extrêmes d’une tempête de neige dans un mode qui mise sur le réalisme. Enfin, Baroud d’Honneur, étend la Dark Zone et propose un nouveau mode de jeu PVP qui met l’accent sur la coopération, en plus d’offrir une nouvelle instance.

2 – Une fois niveau maximum, que peut-on faire dans le jeu ?

Un an après sa sortie, The Division propose un contenu costaud : modes de jeux, farming, instances, PVP… La chose n’était pas forcément évidente à la sortie du jeu. À l’époque, plus grand-chose à faire dans les rues glacées de Manhattan une fois le niveau 30 atteint, à part se donner des frissons en Dark Zone.

Le jeu propose quatre instances haut niveau, dont Falcon Lost, où la communication est primordiale

Aujourd’hui, le contenu des 3 DLC vient donner à manger aux joueurs affamés via un nouveau HUB nommé le Terminal, afin de leur laisser la possibilité d’arpenter des souterrains générés aléatoirement en multijoueur ou en solo, ou de lutter pour leur survie dans un Manhattan pris par la tempête. Ce dernier mode, d’ailleurs, est sans doute le plus intéressant ajouté jusque-là, renversant complètement le gameplay (en ajoutant une gestion de la température et la gestion des infections) et donnant un nouveau départ aux joueurs.

Survie est l’extension la plus intéressante du jeu

Autre activité, les missions de Recherche et Destruction, qui donnent la possibilité aux agents de revenir dans les quartiers de New York pour accomplir diverses missions, afin de localiser des cibles précises. Ajoutons à cela quatre instances de haut niveau souvent ardues qui rajoutent plusieurs heures de jeu au compteur. Enfin, dernière pierre à l’édifice : les niveaux de monde. Une fois niveau maximum, le joueur choisi d’augmenter le niveau des ennemis, avec de l’équipement plus puissant à la clé. Ainsi, cinq modes de difficultés supplémentaires sont rajoutés dans le monde classique. Pour ceux aimant se frotter aux autres joueurs, The Division propose ces niveaux de monde dans la Dark Zone (grandement étendue) ainsi qu’un nouveau mode de jeu à grande échelle qui permet à deux équipes de s’affronter dans ladite Dark Zone.

Le PVP a connu une nouvelle vie avec l’extension Baroud d’Honneur

3 – Beaucoup de joueurs arpentent-ils encore New York ?

Difficile de déterminer avec exactitude le nombre de joueurs présents sur les serveurs du jeu, étant donné qu’Ubisoft ne donne aucun chiffre et qu’il est impossible de déterminer le nombre de comptes actifs, The Division étant dépourvu d’abonnement. Néanmoins, les planques, zones regroupant les joueurs, grouillent encore de vie. Pour ce qui est de trouver une équipe d’agents pour accomplir telle ou telle tâche, la fonction recherche de groupe ne dépasse rarement les quelques minutes en ce qui concerne les instances, le mode survie ou le nouveau mode PVP de Baroud d’Honneur. En revanche, il est ardu de trouver des joueurs souhaitant vous accompagner dans les souterrains, qu’il faudra arpenter en solo ou alors laisser de côté, cette partie étant boudée par les agents.

Les missions Recherche et Destruction permettent de revenir dans les quartiers délaissés

Dans l’ensemble, The Division tient encore la route à ce niveau, et un joueur fraîchement niveau 30 (signifiant la fin du jeu de base), n’aura aucun mal à trouver des compagnons d’arme.

4 – Que peut-on attendre du jeu dans le futur ?

Un an, trois DLC, beaucoup d’ajouts gratuits améliorant l’expérience… The Division n’a pas laissé les joueurs sur le carreau pendant cette première année, et on peut en attendre de même dans le futur. L’éditeur a d’ores et déjà annoncé que tous les contenus prévus pour sa deuxième année de vie seront gratuits. Des contenus améliorant l’expérience globale et apportant des nouveautés de gameplay, mais qui laisseront toutefois le scénario de côté, selon Ubisoft (pas de nouvelles instances, donc ?). Ajoutez à cela des événements récurrents en jeu, comme l’élimination de cibles précises, que Massive continuera de rajouter au fil des semaines.

Le joueur achetant The Division aujourd’hui avec la volonté de s’y mettre sérieusement aura donc de quoi faire, tout comme l’ancien joueur ayant abandonné le soft depuis de long mois. Massive Entertainment promet donc du contenu pour au moins un an, et le HUB du terminal suggère l’arrivée de deux DLC massifs dans le futur. Cependant, le développeur travaille actuellement sur un autre projet d’envergure : le jeu Avatar, conçu également pour le compte Ubisoft. Faut-il y voir un délaissement prochain du jeu de tir à moyen terme ? C’est possible, mais pour l’instant, nous ne sommes sûrs de rien.

La dernière incursion, Signal Volé, offre une esthétique très réussie

5 – Un an après sa sortie, The Division est-il un jeu online toujours d’actualité ?

Résumons : Plusieurs DLC d’envergure, un mode de jeu qui étend la progression, plusieurs instances de haut niveau, un PVP généreux… The Division n’a pas déçu sur ce terrain, Ubisoft semblant soucieux de garder les joueurs dans son open world New Yorkais.

Cependant, même si The Division reste agréable à arpenter, y jouer seul peut très vite frustrer, voire ennuyer. Prévoyez donc d’emmener un ami ou deux afin de profiter pleinement de l’expérience solide proposée par Massive.

Se balader dans la Dark Zone donne toujours des sueurs froides

The Division s’est inscrit dans la durée dans un paysage vidéoludique où la durée de vie d’un jeu en ligne est limitée. On espère que le jeu de Massive se montrera tout aussi généreux dans sa deuxième année de vie… voire plus.