Google et Facebook victimes d’une arnaque à 100 millions de dollars

Sur le web

Par Jules le

Il semblerait que même les géants du web ne soient pas à l’abri d’une escroquerie par phishing. Et ce n’est pas Facebook, ni Google, qui diront le contraire.

En mars dernier, la justice américaine mettait en accusation Elvadas Rimasauskas, un Lituanien de 48 ans. Son crime ? Être l’auteur d’une attaque par phishing de grande ampleur. Ses cibles, deux acteurs majeurs de la Silicon Valley, se sont fait dérober environ 100 millions de dollars. Si jusqu’à présent leur identité était inconnue, le magazine Fortune a rapporté que les victimes d’Elvadas Rimasauskas n’étaient autres que Google et Facebook.

Une arnaque longue de deux ans

Pour parvenir à ses fins, Elvadas Rimasauskas s’est fait passer pour le fabricant d’électronique taïwanais Quanta Computer. Entre 2013 et 2015, il a ainsi envoyé une série de mails frauduleux aux départements comptables de Facebook et Google, pour leur demander de régler des produits et des services qui n’ont jamais été livrés. Il faut dire que Quanta Computer est un partenaire régulier des grands noms de la tech. En plus de Google et Facebook, l’entreprise taïwanaise officie aussi avec Amazon et Apple.

“Au moment où les entreprises on compris ce qui se tramait, Elvadas Rimasauskas s’était déjà fait virer plus de 100 millions de dollars”, explique Fortune. “Il a rapidement transféré cette somme sur plusieurs comptes bancaires situés en Europe de l’Est”. Résidant actuellement en Lituanie, Evaldas Rimasauskas est sous le coup d’une demande d’extradition vers les États-Unis.

De leur côté, Google et Facebook ont confirmé avoir été victimes de l’arnaqueur lituanien. “Nous avons découvert cette fraude contre notre équipe de gestion des fournisseurs et avons rapidement alerté les autorités”, a déclaré un porte-parole de la firme de Mountain View dans un communiqué. “Nous avons récupéré les fonds et nous sommes heureux que cette affaire soit résolue”. En revanche, aucune des deux entreprises n’a précisé le montant exact qui avait été dérobé.