Avec l’expiration des derniers brevets de ses concepteurs, le MP3 entre dans une deuxième vie

Audio

Par Gaël Weiss le

Sa mort est passée inaperçue et pourtant c’est officiellement le 23 avril dernier que le MP3 a officiellement été enterré. Comme le précise le Fraunhofer Institute for Integrated Circuits IIS, l’institut de recherche allemand à l’origine du format audio, les derniers brevets encadrant son utilisation commerciale sont arrivés à expiration le mois dernier.

NB : Suite aux nombreux commentaires des lecteurs, l’article a été mis à jour avec des précisions supplémentaires sur l’expiration des brevets du Fraunhofer Institute.

Un lecteur de MP3 Thomson Lyra. Crédit image :

Si vous êtes un enfant des années 90 (et 2000 dans une moindre mesure), il est plus que probable que vous aviez forcément des fichiers audios au format MP3 qui trainaient sur le disque dur de votre ordinateur, sur des CD gravés voire sur les premiers baladeurs numériques. Ce « fantastique » format avait un avantage considérable sur les traditionnels CD et autres fichiers audio au format .Wav : chacune des pistes des chansons ne prenait que quelques Mo. Plus besoin de posséder des milliers de CD audio ou des disques durs de plusieurs To pour disposer d’une bibliothèque musicale digne de ce nom.

Les brevets commerciaux du MP3 ont expiré

Le MP3 n’est pourtant pas un format libre. Il a en fait été partiellement développé par le Fraunhofer Institute, un centre de recherche spécialisé dans les nouvelles technologies au milieu des années 80. Si j’en crois Wikipedia, le développement a débuté en 1987 et la norme audio ISO MPEG Audio Layer III (.MP3) a été achevée en 1992. Ce que l’on sait moins, c’est que cet institut avait déposé à l’époque quelques brevets qu’il exploitait commercialement.

Depuis le 23 avril dernier, ces brevets ont expiré, comme l’indique le Fraunhofer Institute sur son site web. Autrement dit, symboliquement, le MP3 est bel et bien mort et enterré, n’est plus utilisé commercialement et surtout ne sera plus supporté. On ne sait pas encore si ses développeurs comptent le rendre disponible en open source.

Mise à jour : Comme nous l’ont fait remarqué nos lecteurs, il est incorrect de parler de mort du MP3. L’expiration des brevets détenu par le Fraunhofer Institute signifie que ces derniers passent automatiquement dans le domaine public. La fin de ces brevets ne signifient donc pas que le MP3 est mort, mais plutôt que son implémentation au sein de programmes sera désormais libre de droit.

Un format remplacé par le AAC et le MPEG-H

Cela ne signifie pas pour autant que vous ne pourrez plus lire vos MP3. Ces derniers sont encore largement pris en charge par les lecteurs multimédias modernes et il est encore possible de convertir des contenus audio dans ce format. Le Fraunhofer Institute précise toutefois qu’il existe aujourd’hui des codecs audio bien plus avancés que le MP3. Ce qui explique d’ailleurs en partie l’abandon de ses brevets. « La plupart des services multimédias modernes comme le streaming ou la rediffusion de contenu à la TV ou à la radio utilisent des codecs ISO-MPEG modernes de la famille AAC ou du futur MPEG-H. Ces derniers offrent plus de fonctionnalités et une meilleure qualité audio avec des taux de compression bien meilleurs que le MP3 ». RIP, comme on dit.

Source: Source