Sur le front, l’armée séparatiste pro-russe harcèle les Ukrainiens… via SMS

Sur le web

Par Henri le

Les combats ont beau s’être calmés, les tensions qui animent la Russie et l’Ukraine sont toujours aussi vives. Et les séparatistes savent utiliser des méthodes de pression sophistiquées.

Crédits : ВО «Свобода»

Le conflit à la frontière russo-ukrainienne, aussi appelé Guerre du Donbass, est encore loin d’être terminé. Depuis 2014, loyalistes ukrainiens et séparatistes pro-russes se disputent un territoire stratégique situé à l’est du pays, à la frontière avec la Russie, pays accusé de soutenir militairement les insurgés.

Pluie de messages

Associated Press, qui couvre le conflit, a réussi à réunir une collection de preuves confirmant une nouvelle cyberattaque visant les soldats et civils ukrainiens. Une journaliste télévision nommée Julia Kirienko a pu être témoin de l’attaque, alors qu’elle réalisait un reportage sur les loyalistes.

Alors que les soldats étaient postés dans un refuge, la totalité des téléphones portables s’est mise à vibrer et à recevoir des messages pour le moins inquiétants. Parmi ces derniers, on pouvait notamment lire des phrases de ce type.

« Soldats ukrainiens, ils trouveront vos corps quand la neige fondra. »

On savait que la Russie et ses alliés étaient assez familiers de ce genre de méthode. Durant l’été 2015, toute la région frontalière avait été le terrain d’un bombardement de messages propagandistes, où les pirates avaient réussi à se faire passer pour Kyivstar, l’opérateur local officiel.

Désarçonner les populations

On pouvait y lire des consignes de sécurité, des nouvelles contradictoires voire des messages de crise afin de laisser les civils dans le doute ou de les démoraliser.

« Personne ne veut voir vos enfants devenir orphelins. »

L’article précise qu’il s’agit d’une technique nommée « Pinpoint Propaganda », autrement dit, de la propagande ciblée. L’Associated Press explique qu’il s’agirait d’antennes nommées IMSI Catchers qui pourraient prendre le contrôle du réseau téléphonique. Une théorie partagée par les opérateurs locaux, qui se sont eux aussi penchés sur la question.

Crédits : ВО «Свобода»

L’armée ukrainienne a tenu à minimiser l’effet de ce genre de technique sur des soldats entraînés. Ce serait en revanche plus efficace sur les populations civiles, qui sont confrontées à une ambiance mortifère. En effet, le conflit a déjà fait plus de 9000 morts et 20 000 blessés. Un bilan très lourd, qui ne prend bien sûr pas en compte le préjudice psychologique des populations concernées.